Une belle opportunité

ÉDITORIAL / Sherbrooke a une chance sur deux d'obtenir la présentation des Jeux... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Maurice Cloutier</p>

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / Sherbrooke a une chance sur deux d'obtenir la présentation des Jeux de la Francophonie de 2021. Plusieurs éléments permettent de croire aux chances de la capitale estrienne, qui a tout à gagner avec l'obtention d'un événement de cette envergure.

Après des mois de préparation du dossier technique et de démarches de séduction, une étape cruciale se déroule ce mardi à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Il faut convaincre le comité de sélection que Sherbrooke est mieux préparée et mieux positionnée que sa rivale Moncton, au Nouveau-Brunswick, pour faire honneur à la francophonie du monde entier. L'événement doit rassembler 3000 athlètes ou artistes dans différentes disciplines, qui représenteront 56 États francophones.

Sherbrooke, avec l'appui du gouvernement québécois, a mis le paquet pour défendre son dossier. À Abidjan, le maire Bernard Sévigny bénéficie de l'appui de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, ainsi que du nouveau ministre de la Culture et des Communications, également député de Sherbrooke, Luc Fortin.

La délégation mise aussi sur la réputation internationale de l'ancien premier ministre du Québec, Jean Charest, qui a accepté la présidence d'honneur du comité de candidature de Sherbrooke. Il aura certainement une influence importante. À l'époque où il était ministre au sein du gouvernement conservateur de Brian Mulroney, il avait participé à la création du concept des Jeux de la francophonie. Rien de moins.

La décision du comité de sélection ne sera pas annoncée ce mardi. Sans rien enlever à Moncton, on peut cependant affirmer, sans chauvinisme, que les astres sont très bien alignés pour Sherbrooke. Pas seulement en raison de la mobilisation politique. Sherbrooke a des atouts indéniables. Parmi toutes les capitales régionales de la province, Sherbrooke est celle qui accueille le plus d'immigrants, dont un grand nombre provient de pays francophones.

En outre, la communauté sherbrookoise est dotée d'un parc d'équipements sportifs de premier plan grâce à la présentation des Jeux du Canada en 2013 et des Jeux mondiaux jeunesse d'athlétisme en 2003. Ces deux événements de grande envergure ont été couronnés de succès, autant au niveau des résultats financiers que des compétitions. Ils ont aussi permis la mise à niveau de certains équipements et la construction du stade d'athlétisme de l'université pour les jeux de 2003. « Vous avez des infrastructures d'une grande ville dans une communauté de dimension humaine », avait reconnu en novembre dernier le secrétaire général de la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie, Youssouf Fall.

Obtenir les Jeux de la Francophonie est une belle occasion pour Sherbrooke de poursuivre le développement de ses équipements sportifs et culturels mais aussi son rayonnement à l'échelle internationale. Il ne faut jamais négliger l'occasion de faire bonne impression auprès de visiteurs et de dirigeants de nombreux pays à travers le monde. Les retombées sont souvent significatives.

Les Jeux de la Francophonie, comme les Jeux mondiaux jeunesse de 2003, sont une source de visibilité nationale et internationale pour Sherbrooke. Pas seulement pour la ville. L'Université de Sherbrooke peut par la même occasion mousser ses programmes et ses spécificités pour attirer encore plus d'étudiants étrangers et des chercheurs de renom. L'Université Bishop' s peut aussi se faire valoir.

Tout comme en 2003 et 2013, la présentation d'un événement de grand calibre est toujours une source de mobilisation et de fierté pour la communauté. Parlant fierté, on peut facilement imaginer celle de toutes les communautés culturelles qui sont bien établies à Sherbrooke. La venue d'invités de partout dans le monde favorise également l'ouverture aux réalités internationales et interculturelles.

Si près du but, Sherbrooke doit remporter la course. La communauté y gagnera à plusieurs niveaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer