Ensemble! Pour la conquête?

Depuis les débuts du Phoenix, je les suis et les encourage, comme je le fais... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis les débuts du Phoenix, je les suis et les encourage, comme je le fais pour les diverses équipes à avoir évolué depuis les années 70. Je me sens bien à l'aise pour donner mon opinion.

La direction de l'équipe nous a d'abord demandé de patienter le temps de bâtir une équipe talentueuse, en visant la quatrième année de développement pour les grands honneurs. Ce qui est normal.

Or, nous en sommes rendus au fil d'arrivée (...) et ce que nous voyons sur la glace ne répond pas aux attentes des partisans et de la direction.

Cette équipe a la mauvaise habitude de recevoir des punitions stupides, comme de lancer souvent la rondelle dans la foule. Dans sa zone, elle cafouille, prend panique et a de la difficulté à sortir la rondelle de sa zone. En attaque, elle cherche trop le jeu parfait. Cette équipe est irrégulière, capable du meilleur comme du pire! Souvent, elle prend une bonne avance avec deux ou trois buts, pour s'asseoir par la suite et présenter la victoire sur un plateau à un adversaire moins talentueux, mais plus travaillant qu'elle!

Individuellement, ce n'est pas mieux. Les leaders, s'il y en a, ne donnent pas le bon exemple. La mauvaise attitude d'un Daniel Audette, le lâcher-prise d'un Guillaume Gauthier (...), l'instabilité d'un Julien Pelletier et la performance décevante d'un Jérémy Roy me font penser que ces joueurs oublient la longue attente de cette année et que pour plusieurs c'est leur dernière année de junior.

Heureusement, il y a les Nicolas Poulin, Kevin Gilbert, Hugo Roy, Chase Harwell, Thomas Grégoire et autres qui se défoncent à chaque partie et représentent un futur beaucoup plus positif et encourageant.

Que se passe-t-il dans cette équipe pour ne pas répondre au slogan de cette année (voir le titre de l'article)?

Y a-t-il trop de têtes fortes? La jalousie s'est-elle installée? Manque-t-on de confiance en soi à ce point? Finalement, a-t-on surévalué cette édition? Qu'attendent les joueurs pour bien performer? Connaissant les partisans, la patience a atteint ses limites. Ces derniers devront-ils se mettre un sac sur la tête durant les joutes pour stimuler l'équipe? J'espère que non, que les joueurs ont plus de fierté que cela!

Le rendement final, bon ou mauvais, d'ici la fin de saison nous le dira. On en gardera un bon souvenir ou celui d'une des pires équipes qui ait évolué à Sherbrooke.

Jacques St-Louis, 

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer