Le Québec : un leader en médecine personnalisée?

Jean-Pierre Perreault est vice-doyen à la recherche et... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Jean-Pierre Perreault est vice-doyen à la recherche et aux études supérieures de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

La médecine personnalisée marque une évolution de l'approche médicale. Elle recèle d'importants enjeux pour la société et s'accompagne d'intenses activités de recherche et de développement économique. Et elle devrait faire l'objet d'un débat public.

La pratique médicale classique est souvent restreinte à une médecine « de masse » qui comporte, en général, d'importantes limites quant au degré de personnalisation dans le choix des traitements. La relation médecin-patient demeure néanmoins éminemment personnelle. Il est vrai que pour un ensemble de patients souffrant d'une même maladie et recevant un même traitement, seule une fraction profitera des bienfaits espérés. Ceci implique que les autres patients s'exposeront aux mêmes risques d'effets indésirables sans réel bienfait clinique. Les proportions de répondants et de non-répondants varient selon la maladie et le traitement. Ceci ne minimise pas les immenses progrès réalisés grâce à la médecine ou aux percées dans le domaine du développement des médicaments.

Alors, que vise donc la médecine personnalisée? D'abord à traiter en fonction du profil et des caractéristiques de chaque patient. Par exemple, on sait que parmi différents patients atteints d'un même cancer, différents « profils » influenceront la réponse à une chimiothérapie donnée. Pour guider le choix du traitement, il faut donc réussir à regrouper les patients selon différents profils. L'approche n'est pas entièrement nouvelle. Votre médecin vous a-t-il déjà demandé si vous étiez allergique à la pénicilline? Avant de prescrire un antibiotique, son choix a été personnalisé afin de vous éviter une réaction allergique. Faisons maintenant une analogie avec la chimiothérapie. La biopsie est très utile et permet de caractériser la composition des marqueurs biologiques qu'exhibe la tumeur. Ces renseignements fourniront de précieux indices à l'oncologue qui l'aideront à identifier la chimiothérapie la plus prometteuse pour son patient.

Progrès

Les progrès scientifiques accélèrent le développement de la médecine personnalisée. Cette approche améliore la prévention, le diagnostic, le traitement et le suivi des patients. L'avancement des méthodes utilisées a fortement réduit les coûts de séquençage de l'ADN (gènes, génome). Alors qu'en l'an 2000, séquencer le génome d'un être humain coûtait plus d'un milliard de dollars, la même opération revient aujourd'hui à quelques milliers de dollars. Certaines compagnies offrent même au grand public, pour quelques centaines de dollars seulement, des analyses génétiques d'un ensemble grandissant de marqueurs. Au Canada, le projet de loi S. -201, s'il est adopté, posera les fondements d'un cadre légal essentiel à la protection contre la discrimination génétique.

La portée de la médecine personnalisée a récemment occupé l'espace public avec le cas de l'actrice Angelina Jolie. Un dépistage génétique a révélé un « défaut » dans le gène BRCA1. Ses médecins estimaient que Mme Jolie courait un risque de 87 % de développer un cancer du sein et de 50 %, un cancer de l'ovaire. Le dépistage génétique a permis à Mme Jolie de mieux comprendre sa réalité médicale, sous-peser ses options thérapeutiques et éclairer ses choix. Ce que l'histoire ne raconte pas est que la médecine personnalisée nécessite l'intégration d'un vaste spectre d'informations qui vont au-delà du profil génétique. D'autres déterminants de la santé concernent le patient lui-même mais aussi sur les différents groupes (âge, maladie) ou populations (hommes, femmes, origine ethnique) auxquels ce dernier appartient. Ces informations couvrent le continuum complet des soins de santé.

Outils essentiels

L'informatique et le dossier clinique informatisé sont des outils essentiels au développement de la médecine personnalisée. L'exploitation et le forage informatique de données cliniques et épidémiologiques se traduiront par des retombées pour les patients et le système de santé québécois grâce au développement d'applications qui contribuent à optimiser le degré de personnalisation des soins. Un bel exemple est le Système de Surveillance informatisée de la Prescription des Antimicrobiens, un outil d'aide à la décision créé par l'équipe du Dr Louis Valiquette, professeur à l'Université de Sherbrooke et clinicien-chercheur au CIUSSS de l'Estrie-CHUS. Le logiciel assiste les médecins et les pharmaciens en surveillant l'évolution en temps réel du patient à l'aide de données cliniques informatisées, et génère des alertes afin d'optimiser la prescription des antibiotiques. Après trois ans d'utilisation, le système a contribué à réduire de 13,5 % la consommation globale d'antibiotiques au CHUS, de 20 % les traitements intraveineux et de 2500 jours par année la durée des hospitalisations des patients sous antibiotiques. Outre les économies en coûts directs des antibiotiques (plus de 1 M$), il a réduit les complications médicales comme la toxicité et les interactions médicamenteuses. En plus de transformer les pratiques cliniques au bénéfice des patients et de l'établissement, l'application a permis de fonder une nouvelle entreprise technologique (Lumed) créatrice d'emplois de qualité. Les bienfaits cliniques, l'amélioration des soins et les économies réalisées grâce à de telles innovations sont autant d'exemples concrets des retombées positives dont pourrait profiter le système de santé québécois en accélérant l'intégration de la médecine personnalisée.

Les travaux de la communauté scientifique québécoise s'illustrent à l'international dans le domaine de la médecine personnalisée. Le Québec pourrait devenir un chef de file mondial et tirer le meilleur avantage des innovations de nos chercheurs et des retombées économiques associées. L'heure est aux choix stratégiques : le Québec sera-t-il un leader en médecine personnalisée?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer