Chicane à la cabane

ÉDITORIAL / À peine sorti, le rapport Gagné sur la gestion du marché du sirop... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / À peine sorti, le rapport Gagné sur la gestion du marché du sirop d'érable fait grincer les dents de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) qui voit dans certaines recommandations une menace à son leadership, ce qui laisse présager des échanges costauds avec le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Paradis.

L'industrie acéricole représente un secteur important de l'économie québécoise avec des exportations de 295 millions $ en 2014, principalement aux États-Unis, en Allemagne et au Japon, selon les données du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation.

Et selon la FPAQ, l'apport de l'industrie acéricole québécoise à l'économie canadienne est de 800 millions $ par année.

Toutefois, le sirop d'érable, ce produit typiquement québécois issu d'une longue tradition apprise des Amérindiens au 17e siècle, est de plus en plus confronté à la concurrence des acériculteurs américains, dont la production aurait progressé de 45 pour cent entre 2007 et 2012.

Selon l'auteur Florent Gagné, le Québec perdrait ainsi 1,2 pour cent de ses parts de marché annuellement depuis 10 ans, d'où la nécessité d'assouplir les règles de commercialisation.

Grosso modo, le rapport Gagné propose l'abolition des contingents qui réglementent la production d'eau d'érable, de concentré d'eau et de sirop produits au Québec, la possibilité pour les acériculteurs de vendre leur produit sans passer par la Fédération, tout en versant leur contribution au régime collectif, de même qu'une libéralisation des prix pour favoriser la concurrence.

Ces propositions pourraient ébranler sérieusement le marché du sirop d'érable et, on le devine, elles sont décriées par la FPAQ qui, de prime abord, se dit convaincue « que certains moyens suggérés dans le rapport vont contribuer à déstructurer complètement notre leadership acéricole québécois (...) ».

La Fédération doit réagir officiellement mardi à Québec.

Les producteurs craignent évidemment - et avec raison - de subir une onde de choc et de voir les prix baisser si le marché est déréglementé, même en partie.

Après tout, le système actuel de gestion du marché des produits de l'érable permet des prix convenables et assure un approvisionnement régulier.

Et même s'il ne s'agit pas des mêmes enjeux, plusieurs ont sans doute en tête l'entente sur le Partenariat transpacifique de l'automne dernier, qui permettra aux producteurs étrangers de lait, d'oeufs et de volaille d'accaparer jusqu'à 3,5 pour cent du marché de ces produits au Canada.

Le gouvernement Trudeau examine actuellement les compensations de 4,3 milliards $ sur 15 ans promises par le précédent gouvernement conservateur.

Il est vrai que le système actuel est somme toute rigide et que certains producteurs s'opposent aux mécanismes mis en place par la FPAQ au point de les contester devant les tribunaux.

La remise en question des quotas et de la mise en marché collective n'est jamais une question simple et soulève immanquablement des craintes.

À l'heure de la mondialisation des marchés et compte tenu de la position quasi dominante du Québec dans la production acéricole, avec 70 pour cent de la production mondiale, un certain assouplissement est sans doute nécessaire.

Toutefois, au-delà du discours sur la liberté individuelle et l'ouverture des marchés, il ne faut pas perdre de vue que l'industrie acéricole actuelle fonctionne relativement bien, crée des emplois et représente d'importantes retombées économiques dans la plupart des régions du Québec.

Pour modifier les règles du jeu, il faudra l'assentiment de la FPAQ, ce qui promet un joyeux débat.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer