Le legs (perdu?) de Suzor-Coté aux Sherbrookois

Le tableau du peintre Marc-Aurèle de Foy-Suzor-Coté (1869-1937),... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le tableau du peintre Marc-Aurèle de Foy-Suzor-Coté (1869-1937), La vieille église de Sherbrooke-Est par temps de neige.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la une de son édition du 2 février, La Tribune annonçait la vente aux enchères d'un tableau du peintre Marc-Aurèle de Foy-Suzor-Coté (1869-1937), La vieille église de Sherbrooke-Est par temps de neige. Les revenus de la vente doivent servir à des travaux de restauration de l'actuelle église Saint-Jean-Baptiste.

Si, comme nous le croyons, la toile de Suzor-Coté trouve preneur lors d'un encan prévu au mois de mai, nous assisterons alors à la perte définitive d'une image très forte dans l'histoire du peuplement canadien-français à Sherbrooke. Fixée dans le temps, l'image présente une modeste église de quartier vers laquelle se dirigent plusieurs paroissiens dans un paysage d'hiver enneigé. Le tableau, une huile sur toile de belle dimension, est l'oeuvre de l'un des plus grands peintres du Québec, Suzor-Coté, originaire de la région d'Arthabaska, partie des Cantons-de-l'Est historiques.

Offert par l'artiste à la fabrique paroissiale en 1913, peu après sa réalisation, et ornant les murs du presbytère depuis plus de cent ans, le tableau n'a malheureusement jamais été accessible à la population de Sherbrooke. La vente de cette oeuvre, que nous estimons précipitée, serait le bien triste dénouement d'un rendez-vous manqué entre la communauté sherbrookoise et une importante partie de son patrimoine.

Nous estimons que ce tableau devrait en toute logique être acquis pour enrichir la collection permanente du Musée des beaux-arts de Sherbrooke (MBAS). Une fois présentée dans l'espace du musée, La vieille église de Sherbrooke-Est par temps de neige de Suzor-Coté, pourrait être admirée par les visiteurs comme l'une des oeuvres phares dans l'histoire de la peinture régionale.

Le milieu sherbrookois se doit de bien saisir et de reconnaître la très grande valeur symbolique de ce bien patrimonial.

Par un heureux concours de circonstances, la vieille église, peinte par Suzor-Coté et quelque peu modifiée depuis, abrite aujourd'hui Sercovie. Cet organisme sans but lucratif est devenu une ressource indispensable pour une grande partie de la collectivité sherbrookoise. Il offre une large gamme d'activités de loisir et de bénévolat aux personnes de 50 ans et plus, tout en contribuant au maintien à domicile des aînés et des personnes en perte d'autonomie

Nous croyons aussi que les élus municipaux doivent reconsidérer la décision prise par leur administration dans ce dossier.

Nous avons également noté qu'il y a une convergence d'enjeux en ce qui a trait à la protection des biens patrimoniaux de la paroisse St-Jean-Baptiste. Considérons d'abord la valeur architecturale de l'église actuelle, la bien nommée « Cathédrale de l'Est », qui nous apparaît comme étant l'une des plus belles et majestueuses parmi les églises de l'archidiocèse de Sherbrooke. Le ministère de la Culture et des Communications lui a accordé la cote « valeur patrimoniale exceptionnelle », et s'est engagé, par le fonds du Conseil du patrimoine religieux du Québec, à soutenir financièrement la plus grande partie des travaux devant être entrepris sur l'église en 2016.

La Ville soutiendra-t-elle financièrement la restauration de ce monument historique comme elle l'a déjà fait pour des travaux semblables effectués sur la Basilique Cathédrale St-Michel?

C'est en ayant en tête l'ensemble de ces considérations que les élus municipaux doivent prendre position. Une acquisition de la toile de Suzor-Coté par la Ville de Sherbrooke ne viendrait-elle pas décupler l'impact de sa contribution en venant protéger d'abord une oeuvre d'art des plus signifiantes au plan historique et artistique, tout en donnant une formidable impulsion à la campagne de financement de la paroisse?

En somme et pour toutes ces raisons, les signataires de cette lettre demandent l'appui des citoyens de Sherbrooke aux autorités municipales pour que le tableau, La vieille église de Sherbrooke-Est par temps de neige du peintre Marc-Aurèle de Foy-Suzor-Coté, un des artistes les plus admirés de l'histoire du Québec, reste dans la région pour l'enrichissement de notre patrimoine artistique collectif.

Charles Bourget, docteur en histoire de l'art

et de l'architecture, enseignant au CÉGEP de Sherbrooke

Jean-Pierre Kesteman, historien,

professeur émérite de l'Université de Sherbrooke

Monique Nadeau-Saumier Ph.D., historienne de l'art, consultante en patrimoine

Léon Robichaud directeur, Département d'histoire de l'Université de Sherbrooke

Antoine Sirois, professeur émérite de l'Université de Sherbrooke

Jean Therriault, président du Conseil d'administration

de la Société d'histoire de Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer