De grandes critiques pour de petits critiques

Bon... Plusieurs commentateurs politiques s'empressent de critiquer Justin... (Archives, Le Droit)

Agrandir

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Bon... Plusieurs commentateurs politiques s'empressent de critiquer Justin Trudeau, le premier ministre fédéral, pour avoir annoncé qu'il retirait nos six vieux appareils CF-18 d'Irak et de Syrie.

Le premier reproche est que son point de presse n'était pas clair. Rien d'étonnant là-dedans, ce n'est pas la première fois que Justin Trudeau n'est pas clair dans ses propos.

Mais qu'en est-il du coeur de son annonce? Il annonce des dépenses de 1,6 milliard de $ sur trois ans, dont au moins un peu plus de la moitié ira en aide humanitaire, le restant va supporter les coûts de l'expertise reconnue des forces armées canadiennes en formation, de l'armement léger pour les combattants kurdes et irakiens luttant contre le groupe État islamique, en plus du soutien aérien aux alliés de la coalition. Des demandes formulées par ces gens depuis belle lurette.

Rappelons que les frappes aériennes canadiennes ont représenté 2 pour cent de l'ensemble des attaques aériennes de la coalition, il s'agissait donc d'une participation assez marginale, sans compter l'apport important de la Russie, exclue de la coalition. En ce sens, dollars pour dollars, il semble que l'allocation des ressources sera probablement plus efficiente avec la politique Trudeau que la politique Harper.

Là où les besoins sont critiques, particulièrement dans la sphère humanitaire (eau potable, nourriture, médicaments, matériel pour l'hygiène et la salubrité, etc.) il y aura des dollars qui manquent cruellement en ce moment. Même chose pour la formation et l'armement léger des Kurdes.

Comprenons-nous, loin de moi l'idée de prendre le parti de Justin Trudeau, mais il semble opportun de nuancer, ou du moins, de mettre en contexte les propos tenus par trop de chroniqueurs d'opinion populaire. Trudeau n'est pas un bon pédagogue, mais il reste que sa politique à l'égard de ce coin du monde n'est pas dénuée de sens.

Alexandre Lambert, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer