La CAQ et le PLQ : deux visions différentes

François Bonnardel... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

François Bonnardel

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans son éditorial de samedi dernier, Denis Dufresne fait sienne une sortie désespérée du Parti québécois. Rappelons que ce dernier n'a eu rien d'autre à dire sur la nouvelle composition du conseil des ministres que de s'en prendre à l'autre parti d'opposition à l'Assemblée nationale, en l'accusant d'être le « club-école » du PLQ. Cela en dit long sur l'état d'esprit qui règne au PQ actuellement, mais je jugeais nécessaire de répliquer au texte de M. Dufresne.

Pour dissimuler la mauvaise performance de son trio économique, le premier ministre Philippe Couillard a effectivement confié à une ex-caquiste le portefeuille de l'économie. Dans un souci d'équité, M. Dufresne aurait dû spécifier que le ministre de l'Environnement, David Heurtel, est, lui, issu du Parti québécois. Par ailleurs, contrairement à ce qu'il laisse entendre en le nommant dans son article, Sébastien Proulx n'a jamais été associé à la CAQ. Après son passage à l'ADQ, c'est plutôt le flirt du Parti libéral de Michael Ignatieff avec lui qui a fait la manchette.

Mais au-delà des inexactitudes et des informations incomplètes, je tiens à rappeler à M. Dufresne que la CAQ ne partage absolument pas la vision du PLQ sur le fond des choses.

La CAQ fait de la réduction du fardeau fiscal un cheval de bataille. Pas plus tard que la semaine dernière, nous demandions une baisse d'impôts de 500 $ dès cette année afin de stimuler la consommation et relancer notre économie. Les libéraux ont refusé, eux qui ont augmenté sans gêne les taxes et les tarifs en moyenne de 1500 $ par famille depuis leur retour au pouvoir.

Par ailleurs, je tiens à dire à M. Dufresne que la stratégie maritime de Philippe Couillard, qualifiée de coquille vide par la plupart des observateurs, n'a absolument rien à voir avec le Projet Saint-Laurent de François Legault. Le chef de la CAQ a écrit un livre complet sur ce grand projet économique qui aborde bien plus que le transport maritime.

Finalement, dans tous les dossiers qui concernent le nationalisme québécois, le PLQ est aux antipodes de la volonté de la majorité des Québécois. On le sent très mal à l'aise concernant la nécessité de faire respecter nos valeurs et notre langue. Sur ces sujets, le Parti libéral de Philippe Couillard n'a plus rien à avoir avec celui de Robert Bourassa. La CAQ est désormais la seule voix nationaliste qui désire que le Québec demeure à l'intérieur du Canada.

François Bonnardel,

député de Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer