La vie a-t-elle un prix?

C'est plus fort que moi, mais je dois m'exprimer encore une fois sur un sujet... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est plus fort que moi, mais je dois m'exprimer encore une fois sur un sujet qui me rend mal à l'aise, un peu! Le 6 juillet 2013, ça vous dit sûrement quelque chose. J'ai entendu et lu beaucoup de commentaires concernant la façon dont les indemnisations seront distribuées et de quelle façon les avocats (...) ont fixé les montants accordés aux familles des victimes. Ma façon de le percevoir n'est peut-être pas bonne, mais ça me donne l'impression que plusieurs attendaient le gros lot et qu'ils sont déçus.

Dites-vous une chose : si personne n'avait eu l'idée d'intenter un recours collectif, si personne n'avait dit que cette catastrophe allait rapporter beaucoup d'argent, si personne n'avait cherché un coupable plutôt que de se rendre à l'évidence que personne n'a voulu que ça arrive, que se passerait-il? C'est comme si la vie des gens avait un prix maintenant, comme si avec 10 000 $, 15 000 $, 20 000 $ ou plus tu pouvais te racheter un membre de la famille, un ami, te guérir de tes traumatismes (...).

J'ai perdu famille et amis, j'ai eu ma part de traumatisme, en plus de voir ma ville natale anéantie et de savoir que des gens que j'aime ne reviendront jamais. Mais l'argent que les gens espèrent tant va-t-il nous guérir? Va-t-il nous redonner le sourire d'avant? Va-t-il soulager les séquelles psychologiques?

Oui l'argent va en aider certains à retrouver un confort financier à la suite de la perte d'un commerce, de biens matériels et il va en aider certains à élever des enfants orphelins (...), mais il ne guérira jamais le mal psychologique et la perte d'un être cher. (...).

Éric Boulanger, Saint-Ludger

Des hausses d'évaluation démesurées

Où sont nos élus ? Le compte de taxes municipales est arrivé récemment avec une surprise de taille : l'évaluation « démesurée » des terrains, surtout ceux qui sont vacants. Pourquoi cette augmentation? Cela semble très complexe et compréhensible seulement des évaluateurs municipaux. Notre maire, Bernard Sévigny, a dit que c'était dommage que la hausse de 4,5 % des taxes s'ajoute à celle du nouveau rôle d'évaluation. Ignoriez-vous ce fait? Pourquoi ne pas en avoir tenu compte et ne pas avoir réparti sur trois ans cette hausse d'évaluation? Êtes-vous certain que vous vous préoccupez du bien-être des Sherbrookois? En ce qui me concerne, je vais m'en souvenir aux prochaines élections.

Rachel Gendron, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer