Halte au projet de registre des armes d'épaule

Monsieur le premier ministre Philippe Couillard,Monsieur le ministre de la... (Bloomberg)

Agrandir

Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Monsieur le premier ministre Philippe Couillard,
Monsieur le ministre de la Sécurité publique Pierre Moreau,
Monsieur le député de Mégantic Ghislain Bolduc,

Je vous demande d'arrêter tout le processus enclenché pour la création d'un registre des armes d'épaule au Québec.

Ma demande repose sur le fait qu'il existe déjà un outil qui peut être consulté facilement, qui est mis à jour tous les cinq ans et pour lequel tous les propriétaires d'armes à feu paient déjà: le registre des Permis de possession et acquisition d'armes à feu (PPA).

Certain diront que ce registre (PPA) ne dit pas s'il y a des armes dans la maison, seulement que le propriétaire a le droit d'en acquérir et d'en avoir sa possession.Mais le précédent registre fédéral ne confirmait pas non plus qu'il y avait des armes; il servait à aviser les policiers d'agir avec « vigilance », car le propriétaire possédait des armes et qu'il «devait» y en avoir dans la maison. Le registre (PPA) conviendrait très bien à cette utilité.

Toutefois, si jamais vous décidez quand même d'aller de l'avant avec un registre québécois, j'ose espérer que ce ne sera pas pour « engraisser » les poches d'une firme informatique qui va réinventer la roue, car bon nombre d'outils existent déjà. Vous n'avez qu'à penser au logiciel de gestion de bétail. Je suis persuadé qu'il serait très facile pour un programmeur d'adapter ce logiciel pour la gestion des armes à feu; au lieu du nom Holstein se serait Winchester, au lieu de Charolais se serait Savage et ainsi de suite pour les autres détails de l'arme.

(...).

De plus, le gouvernement n'aurait qu'à payer un droit d'auteur/utilisateur et une petite formation à ses employés sur un logiciel qui a déjà fait ses preuves.Des « peanuts » en comparaison à ce qu'il en coûterait pour développer et maintenir un nouveau logiciel et, vous en conviendrez, en période d'austérité, la bonne gestion des deniers publics est de mise!

En terminant, même si vous considérez que l'explosion des coûts est évitable, souvenez-vous des dépassements de coût à répétition du défunt registre fédéral sans parler de ses coûts d'opération exorbitants. (...).

Alors, de grâce, ne nous embarquez pas dans un autre gouffre financier.

Denis Veilleux, 

Westbury

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer