L'Estrie a des attentes légitimes

ÉDITORIAL / Le premier ministre Philippe Couillard dévoile ce matin les... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Maurice Cloutier</p>

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / Le premier ministre Philippe Couillard dévoile ce matin les nouveaux visages qui se joignent à son Conseil des ministres. En parallèle, l'Estrie a des attentes légitimes. Espérons que la région ne sera pas déçue. L'Estrie doit se retrouver autour de la table où se prennent les grandes décisions.

En avril 2014, M. Couillard a désigné un parrain, un ministre responsable de l'Estrie qui représente une circonscription voisine. Le vétéran Pierre Paradis a hérité de cette responsabilité en plus de celle de ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, sous prétexte qu'il représente une circonscription des Cantons-de-l'Est.

À ce moment, cette décision pouvait s'expliquer même si nous avions écrit que l'Estrie avait reçu un prix de consolation. Le temps nous a d'ailleurs donné raison. M. Paradis, fort occupé avec tous les dossiers agricoles, est presque invisible dans la région depuis sa nomination. Le ministre Paradis était le grand absent lors d'un dîner-conférence à Sherbrooke où le premier ministre Philippe Couillard a prononcé une importante allocution sur l'économie, l'automne dernier. Tous les députés de l'Estrie étaient sur place.

En 2014, c'était la première fois depuis fort longtemps que Sherbrooke n'avait pas au moins un représentant élu à un poste important du conseil des ministres. M. Couillard a vraiment une belle occasion de corriger le tir. Aura-t-il trouvé dans les dernières heures la façon de concilier tous ses objectifs et de répondre aux attentes d'une région qu'il connaît bien?

Chose certaine, le jeune député de Sherbrooke Luc Fortin lui en a offert l'opportunité sur un plateau d'argent. M. Fortin a démontré de très belles aptitudes depuis deux ans. Il a abordé tous les grands enjeux avec aplomb. Il n'a jamais hésité à rencontrer les manifestants qui se présentaient à son bureau et à défendre les positions de son gouvernement dans des dossiers délicats. Il a très bien réussi son intégration à Sherbrooke avec sa petite famille et gagné le respect de nombreux dirigeants dans la communauté. Il a notre préférence parmi la députation estrienne.

M. Fortin a acquis suffisamment d'expérience pour démontrer qu'il peut obtenir des responsabilités accrues. Lorsque le premier ministre déclare qu'il veut s'entourer de jeunes et favoriser une plus forte représentation des régions, il est clair que Luc Fortin, père de trois jeunes enfants, répond parfaitement à ces deux grands objectifs.

L'autre objectif de M. Couillard est de faire un place plus grande aux femmes. Celui-ci peut être réalisé en partie avec l'addition de la vedette Dominique Anglade et le retour de Julie Boulet. Seulement huit femmes sont actuellement au sein du Conseil des ministres.

Philippe Couillard ne peut pas laisser attendre plus longtemps l'Estrie, qui est, de surcroît, une région complètement rouge depuis les dernières élections. Surtout lorsqu'un jeune député a démontré une grande capacité de travail et d'adaptation.

Faut-il rappeler à M. Couillard que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a eu l'audace de nommer au ministère du Développement international et de la Francophonie la Sherbrookoise Marie-Claude Bibeau, qui n'avait aucune expérience des débats politiques et venait à peine de faire le saut en politique.

Si Mme Bibeau représente un atout important pour Sherbrooke et la grande région, le même raisonnement est valable pour M. Fortin.

L'argument voulant que l'Estrie a été gâtée dans le passé avec la présence du premier ministre Jean Charest et d'autres ministres n'est pas une raison valable pour la tenir à l'écart de la table des ministres plus longtemps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer