S'affranchir de l'UdeS

Encore une fois, l'Université de Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke font une... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Encore une fois, l'Université de Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke font une entente et le citoyen se retrouve le bec à l'eau. À quand le jour où notre conseil municipal saura rester debout devant notre institution du haut savoir? Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer le pouvoir qu'exerce le rectorat sur le cabinet de la mairie depuis près de 20 ans? Ce fut Paul Gervais qui s'est laissé rabrouer par Pierre Reid, Jean Perrault qui a plié devant le photogénique Bruno-Marie Béchard au sommet sur l'innovation en 2007 et voilà que Bernard Sévigny participe au financement d'un projet de sa bonne amie la rectrice.

Quand Luce Samoisette nous dit que «le projet de Pôle entrepreneurial constitue une autre illustration de l'apport de l'Université de Sherbrooke à la société québécoise et au milieu sherbrookois en particulier», je lui demanderais de se garder une petite gêne puisque son projet est jusqu'à preuve du contraire une autre illustration de l'apport des contribuables de Sherbrooke à son institution.

Vivement un candidat à la mairie en 2017 qui sera affranchi de l'Université.

Jean-Paul Roy, Sherbrooke

Le citoyen a le droit de savoir

J'ai été sidérée de la position du maire Bernard Sévigny concernant la confidentialité des salaires des administrateurs de l'UMQ. Il nous donne comme excuse que d'autres élus ne dévoilent pas leurs salaires lorsqu'ils travaillent pour d'autres employeurs. Le hic, Monsieur le maire, c'est que la ville contribue 84 000 $ à l'UMQ, dont vous faites partie, et que ce n'est pas le cas pour les autres élus.

Vous dites que c'est de nature privée. Vraiment? Seriez-vous membre et pourriez-vous avoir une tâche administrative à l'UMQ si vous n'étiez pas maire? Vous êtes le premier vice-président de l'UMQ et vous visez, semble-t-il, la présidence. Expliquez donc à la population ce que représente cette fonction pour l'intérêt de notre communauté qui, en ce moment, habite une ville où l'emploi, la rémunération et l'accueil des entreprises sont parmi les plus faibles au Canada et au Québec.

Pas fort. Êtes-vous de ceux qui prônent l'augmentation de la rémunération des élus pendant que le contribuable doit se serrer la ceinture et subir des taxes qui dépassent le coût de la vie? On a le droit de connaître où va l'argent de la Ville et pourquoi. Votre mandat se termine en 2017. N'engagez pas les citoyens pour les années subséquentes. La transparence est maintenant de mise.

Claude LeBlanc, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer