Un pas dans la bonne direction

ÉDITORIAL / Le nouveau plan de soins palliatifs 2015-2020 adopté à l'automne... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / Le nouveau plan de soins palliatifs 2015-2020 adopté à l'automne par le gouvernement Couillard constitue un pas dans la bonne direction pour améliorer l'accès à ce type de traitement sur le territoire québécois, mais la marche est haute.

Car l'offre est nettement insuffisante à l'heure actuelle, non seulement au Québec, mais partout au Canada, comme le démontre un tout récent rapport de la Société canadienne du cancer, précédé en 2012 d'une analyse de l'Association canadienne des soins palliatifs.

La Société canadienne du cancer qualifie la situation actuelle de « critique », soulignant que dans de nombreuses régions du Canada l'accès aux soins est insuffisant et inégal. De plus, l'organisme affirme qu'en raison du manque de données, « il est impossible de savoir combien de Canadiens reçoivent des soins palliatifs ».

L'Association canadienne des soins palliatifs estimait en 2012 que de 16 à 30 pour cent seulement des Canadiens qui en avaient besoin avaient accès à des soins palliatifs et de fin de vie, selon l'endroit où ils vivent. Elle constatait également que les familles doivent assumer 25 pour cent des coûts des services de soins à domicile, comme les soins infirmiers et les soins personnels.

Cette situation, inacceptable, doit inciter les gouvernements fédéral et provinciaux à injecter davantage d'argent et d'efforts pour que ces soins soient offerts partout sur le territoire. De trop nombreuses familles doivent prendre en charge leurs proches gravement malades, avec les coûts et le temps que cela requiert, tout en composant avec le désarroi et la peine.

Le Québec est toutefois la seule province qui a adopté une loi garantissant des soins de fin de vie pour les personnes atteintes d'une maladie incurable, avec la loi 2 sur les soins de fin de vie.

Cette loi inclut l'aide médicale à mourir pour les adultes aptes à consentir lucidement, qui sont atteints de problèmes de santé graves et irrémédiables leur causant des souffrances persistantes et intolérables, et la sédation palliative.

Elle comporte aussi un important volet pour l'accès aux soins palliatifs, des soins destinés à atténuer la douleur et à soulager les symptômes, doublés d'un soutien psychologique.

Le plan adopté l'automne dernier prévoit un investissement de 10 millions supplémentaires par année pour améliorer les soins palliatifs, notamment leur coordination et leur uniformisation.

Il prévoit également une allocation mensuelle de 1000 $ pour les familles de proches aidants pour les soins à domicile à compter du mois d'avril prochain.

Est-ce que tout cela est suffisant?

Oui et non.

Si le soutien financier offert aux proches aidants est plus que bienvenu, il est impensable que le plan permette de créer un très grand nombre de nouveaux lits en soins palliatifs.

À titre d'exemple, la Maison Aube-Lumière de Sherbrooke, qui accueille les personnes atteintes de cancer en phase terminale, reçoit une subvention annuelle de 850 000 $ et recueille un million $ en dons pour 12 lits.

Le Québec compte 31 maisons de soins palliatifs, dont trois en Estrie, qui offrent une alternative aux soins à domicile et à ceux en établissements de soins de longue durée.

Lucie Wiseman, présidente de l'Alliance des maisons de soins palliatifs du Québec, estime que de façon générale « la population devrait avoir un meilleur accès » avec le plan du gouvernement québécois. Mais tout n'est pas qu'une question de nombre de lits, fait-elle remarquer.

« C'est aussi une question de connaissance, d'approche du patient, d'accueil et de gestion de la douleur. Il faut avoir du personnel formé dans le réseau de la santé », dit-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer