Les résidences d'accueil ont besoin d'aide

Par leur nombre relatif croissant dans la population du Québec, par l'héritage... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Par leur nombre relatif croissant dans la population du Québec, par l'héritage laissé à notre société durant leur vie active et par le respect que tout être humain mérite, les aînés ont droit à un traitement inégal dans le système de santé et de services sociaux. Le même constat s'applique au sort réservé aux personnes vivant un handicap intellectuel.

Pour cette importante tranche de population, le choix d'une vie paisible en milieu familial communément appelé « les ressources résidentielles adultes » est inspiré de valeurs humaines fondamentales. Ces personnes et leur famille se tournent vers les résidences d'accueil parce qu'elles y trouvent des services adaptés à leurs conditions et un encadrement chaleureux.

Combien vaut le service à autrui dispensé avec dévouement et empathie? Notre travail est non seulement de nous occuper d'êtres humains, mais également de partager leur quotidien. (...)

Combien vaut l'ouverture des portes de notre résidence et de nos coeurs? Les barèmes actuels méritent d'évoluer. Personne ne conteste le fait que le coût de la vie augmente. (...)

Nous ne demandons pas d'augmentation de salaire. Nous souhaitons une réelle reconnaissance de notre rôle. Nos revendications ont été analysées sous tous les sens, les impacts budgétaires évalués avec rigueur. Nos conditions de travail sont inadéquates depuis plusieurs années. Les frais fixes et variables journaliers, le nombre d'heures quotidiennes reconnues travaillées et le rangement d'emploi comparable augmentent. La mesure de maintien reconduite pour une partie des ressources assure la stabilité des revenus de même qu'un ajustement fiscal aménagé dans la rétribution des ressources.

Qu'arrivera-t-il si nos ressources d'accueil ferment? Des milliers de gens seront placés en CHSLD à des coûts d'au moins cinq fois supérieurs à ceux d'une ressource d'accueil. C'est la société québécoise qui en paiera malheureusement le prix. Nous désirons un statut particulier par rapport aux employés syndiqués de l'État.

Les ressources d'accueil membres du RESSAQ passeront à l'offensive à court terme pour faire connaître leur désarroi. Des moyens de pression civilisés serviront à capter l'attention de la population québécoise et des représentants élus. Après tout, les aînés sont des Québécois à part entière, leurs familles souhaitent les meilleurs soins et que la facture soit la plus raisonnable possible pour les contribuables.

Réjean Simoneau, président

Regroupement des ressources

résidentielles adultes

du Québec (RESSAQ)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer