Taxons plus, nous gaspillerons mieux

Ha! Comme la neige a bien neigé sur notre Sherbrooke. J'aime l'hiver et j'aime... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ha! Comme la neige a bien neigé sur notre Sherbrooke. J'aime l'hiver et j'aime notre ville. Comme tous les amoureux, je suis parfois inquiète, alors je surveille mon butin. Cela me réchauffait le coeur de voir les gens pelleter leur entrée, les charrues charrier la neige, et les grattes gratter nos trottoirs. Mon bonheur était à son comble, car la jolie petite machine jaune déblayait les trottoirs « des deux côtés de la rue ».

Cette année, me suis-je dit, je n'aurai plus à traverser la rue pour accéder au seul trottoir disponible. Je me suis même dit qu'après tout, la ville augmentait nos taxes, mais qu'au moins, elle se servait de l'argent intelligemment. Oui, je l'admets, je suis naïve.

La nuit dernière (du 30 au 31 décembre), un des trottoirs a été complètement bouché. Pour dégager la rue au maximum, les « machines de ville » y ont poussé tout plein de gros mottons antipathiques. Je comprends la nécessité d'avoir des rues bien dégagées. Je comprends aussi que pour couper dans les dépenses, on embourbe de neige un trottoir sur deux. Ce que je ne comprends pas, c'est que nous ayons payé un employé de la ville et l'essence de la jolie petite machine jaune, pour qu'ils fassent au moins trois passages en douze heures, pour déblayer un trottoir qui serait, dès le surlendemain, condamné à la fermeture. Multiplions ces coûts par je ne sais combien de kilomètres de trottoirs qui ont subi le même sort; je suis certaine que le résultat doit faire peur.

Pouvez-vous me dire s'il y a un pilote à bord de la « machine de ville »? Est-ce possible de planifier une pareille absurdité? Laissez-moi deviner : les travaux ont été exécutés par des branches différentes du même département, c'est ça?

J'ai une belle idée pour nos dirigeants municipaux. Choisissez l'un de vous pour qu'il comptabilise toutes les sommes, de tous les gaspillages causés par un manque de stratégie et de cohérence dans vos opérations. Prenez le montant total, divisez-le par le nombre de contribuables et diminuez notre facture annuelle de la somme qui en résulte. Cela nous aidera à éponger vos augmentations chroniques.

Hélène Ferland, 

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer