Moins de paroles et plus d'actions

M. (Philippe) Couillard mais surtout M. (Justin) Trudeau, je m'adresse à vous... (La Tribune, archives)

Agrandir

La Tribune, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

M. (Philippe) Couillard mais surtout M. (Justin) Trudeau, je m'adresse à vous afin de vous demander ardemment d'intervenir auprès des autorités saoudiennes dans le but de finalement faire libérer Raif Badawi. J'aimerais vraiment que l'on cesse de tergiverser sur le sort de cet homme, dont le seul crime a été de donner son opinion. Le voilà séparé de sa femme et ses trois enfants depuis beaucoup trop longtemps.

J'habite Sherbrooke là où la famille de M. Badawi habite et évidemment chez-moi nous sommes probablement plus aux faits de la situation de M. Badawi.

M. Couillard, dans l'intermède entre votre statut de ministre de la Santé et de premier ministre du Québec, vous avez pendant un certain temps pratiqué la médecine en Arabie Saoudite. Je crois fermement que si vous le vouliez vraiment vous pourriez intercéder auprès des autorités saoudiennes. Ne pas le faire M. Couillard vous discrédite.

M. Trudeau, vous le tout nouveau, tout beau, premier ministre du pays que votre prédécesseur M. Chrétien appelait le plus meilleur pays au monde, vous serait-il possible Monsieur le Premier Ministre d'intercéder en faveur de M. Badawi? Je suis un homme de 65 ans qui croit qu'avec tout le charisme que vous possédez présentement, vous pourriez peser grandement dans la balance entre l'horreur de l'emprisonnement et le fait qu'un père de famille puisse retrouver les siens.

De plus, M. Trudeau, imaginez la photo formidable, mieux que tous vos selfies que représenterait pour vous une photo de vous accueillant Raif Badawi à l'aéroport qui porte le nom de votre père. Pour vous, la Une des journaux et magazines de la planète. Pour Raif Badawi, le bonheur de retrouver les siens.

M. Trudeau, M. Couillard, pourriez-vous s.v.p. cesser de nous présenter de belles paroles et vraiment intervenir auprès de l'Arabie Saoudite. De quoi avez-vous peur? Que l'Arabie Saoudite cesse de nous fournir en pétrole. Cette excuse ne tient plus car le Canada a déjà tout le pétrole, et plus, dont il a besoin.

Jean Chenay

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer