Quelle honte!

Le député de Sherbrooke Luc Fortin... (Photo La Tribune archives, René Marquis)

Agrandir

Le député de Sherbrooke Luc Fortin

Photo La Tribune archives, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Dans La Tribune du 23 décembre, on annonce en gros titre, en page 14, que le député de Sherbrooke, Luc Fortin, a remis ses « cadeaux de Noël » à trois organismes de la région!

Je n'en reviens pas! C'est pourtant bien le gouvernement dont il fait partie qui a refusé d'indexer adéquatement les prestations des 450 000 personnes les plus pauvres de la province au 1er janvier 2015! C'est connu de tous et de toutes, les pauvres, ils ne mettent pas de pétrole dans leurs céréales et, pour la plupart, ils se promènent à pied. Alors la chute vertigineuse du prix du pétrole n'aurait jamais dû être prise en compte dans le calcul de leurs indexations. Et ce gouvernement autoritaire de droite le savait très bien! Personnellement, je n'ai jamais entendu ledit député Fortin enregistrer sur ce point quelque dissidence que ce soit envers son caucus ni auprès de la population qu'il est censé représenter. Il est donc directement responsable et imputable de cet appauvrissement supplémentaire chez les plus démunis, pour ce qui est de l'année 2015. Cette imputabilité devrait pourtant être le coeur qui bat de sa démarche politique en tout temps! Alors, oui, quel cynisme de sa part, que de venir porter, pendant le temps des Fêtes, des grenailles à trois organismes qui oeuvrent justement dans le milieu pour contrer les effets dévastateurs de cette même pauvreté! Quelle honte!

Claude Létourneau,

Sherbrooke

Merci pour le cadeau de Noël

C'est bien connu, l'austérité affecte en premier lieu les moins bien nantis. En cette période de réjouissance et dans un esprit de partage, nos élus ont fait un beau cadeau de Noël aux citoyens de Sherbrooke avec une hausse de taxes de 4,7 pour cent. Il faut espérer que la nouvelle année nous apporte un conseil municipal aux ambitions plus responsables et moins audacieuses.

Daniel Gagnon,

Sherbrooke

Et les autres, Dre Francoeur ?

Dre Diane Francoeur, présidente des médecins spécialistes,

Madame, le propos de votre lettre parue dans les quotidiens, m'a fait sourciller. Oubliez-vous les autres membres du personnel de l'hôpital qui travaillent eux aussi les fins de semaine et les jours de fête? Également, tous les autres métiers (pompiers, déneigeurs, serveuses...) qui voient au bien-être de leurs semblables à longueur d'année sans en réclamer une reconnaissance publique? Pourtant, tous ces gens méritent eux aussi notre respect et notre admiration. Alors, s.v.p. trouvez un autre argument pour justifier votre salaire.

Rachel Gendron

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer