Justice climatique

Éditorial / Les 195 pays réunis à Paris pour la Conférence des... (The Associated Press, Thibault Camus)

Agrandir

The Associated Press, Thibault Camus

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Pierre-Yvon Bégin</p>
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune.

La Tribune

(Sherbrooke) Éditorial / Les 195 pays réunis à Paris pour la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques sont finalement parvenus à un accord. Même sans entente formelle, la 21 COP aurait été un succès. La volonté d'agir pour sauvegarder la planète Terre, notre véhicule spatial comme le dit Hubert Reeves, n'est plus seulement l'affaire des gouvernements nationaux. La société civile et les villes ont notamment pris les choses en main.

Ces grandes conférences internationales débouchent rarement sur des ententes concluantes. Quand 195 pays sont regroupés autour d'une même table, on le devine, les chances de s'entendre sur un objectif commun sont plutôt minces. La logistique est tellement lourde, les intérêts si divergents, qu'il est rare de parvenir à un consensus. La précédente conférence de Copenhague est éloquente à ce sujet.

Cette fois, il faut souligner le travail acharné de la France. Les longs préparatifs ont été minutieusement orchestrés au cours des dernières années. Loin de susciter l'admiration au sein de l'Hexagone, le président François Hollande semble avoir joué un rôle déterminant. Pourtant, c'est sans doute l'urgence de la situation qui a pesé le plus dans la balance. Le monde vient sans doute de réaliser que l'humanité se trouve au bord d'une catastrophe climatique.

Les derniers jours semblent d'ailleurs confirmer le sérieux du moment. En Chine, une alerte rouge a été déclenchée à Pékin en raison de la piètre qualité de l'air. Il est pour le moins troublant de voir des humains porter des masques dérisoires dans un épais nuage de pollution voilant même le soleil.  

Le Québec n'est pas épargné. L'actuelle vague de chaleur n'augure

rien de bon. À la mi-décembre, aucune neige ne recouvre le sol pendant que le mercure se maintient autour des 15 degrés. Les conséquences désastreuses sur plusieurs secteurs de l'économie ne tarderont pas à apparaître. Les partisans du développement économique qui s'opposent à un virage vert en agitant les épouvantails des pertes de revenus et d'emploi devront se rendre à l'évidence. Ce discours est tout simplement grotesque. Ils ont eu tort et devront faire leur mea culpa. Leur logique a conduit l'humanité au bord d'un précipice.

Après avoir renié l'accord de Kyoto, le Canada semble avoir regagné ses galons en jouant un rôle déterminant à Paris. Signe éloquent d'un retour à sa réputation internationale d'un pays responsable, la nouvelle ministre de l'Environnement, Katherine McKenna, a accepté la fonction de facilitatrice. Avec sa bourse du carbone, le Québec a aussi su attirer l'admiration du monde entier. Ne lui reste qu'à tourner le dos aux hydrocarbures et à miser résolument sur les énergies renouvelables afin de prouver sa bonne volonté.

Samedi, les pays ont ratifié l'accord qui prévoit notamment de maintenir la hausse moyenne des températures à 1,5 degré. Pour y parvenir, les pays développés devront verser 100 milliards de dollars par an aux pays pauvres. L'entente introduit ainsi la notion de justice climatique.

L'accord est inespéré selon Steven Guilbaut, d'Équiterre, pour qui « c'est le début de la fin de l'ère des combustibles fossiles ». Il y a fort à parier que les lobbys du pétrole multiplieront les efforts pour mettre des bâtons dans les roues.

Si l'Accord de Paris marque un page de l'histoire de l'humanité, il demeure un énoncé de bonnes intentions. La société civile et les environnementalistes devront redoubler d'ardeur pour veiller au grain. Il revient aussi à chaque individu d'y contribuer en cherchant à diminuer son empreinte écologique au quotidien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer