Un affront

Éditorial / La loi québécoise concernant les soins de fin de vie n'entrera... (La Tribune, archives)

Agrandir

La Tribune, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Pierre-Yvon Bégin</p>
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune.

La Tribune

(Sherbrooke) Éditorial / La loi québécoise concernant les soins de fin de vie n'entrera peut-être pas en vigueur comme prévu ce jeudi. Le juge Michel Pinsonnault de la Cour supérieure a choisi de s'opposer à la volonté du peuple en accordant une injonction à un groupe de médecins réactionnaires. Pareille décision de l'appareil judiciaire constitue rien de moins qu'un affront à l'Assemblée nationale représentant la nation québécoise.

Ministre de la Santé, Gaétan Barrette y voit une usurpation d'une démarche démocratique. Symbolisée par l'unanimité de toutes les formations politiques, cette loi autorisant l'aide médicale à mourir est le fruit d'une longue réflexion au sein de la société. De façon lucide, celle-ci a convenu qu'il était temps de mettre fin à l'hypocrisie entourant l'agonie d'un mourant. Signe d'une grande maturité, la population québécoise a ainsi choisi d'assumer sa position au grand jour devant l'un des derniers tabous de l'humanité.

Un tribunal a malheureusement contrecarré cette initiative, pourtant perçue comme un modèle dans le reste du Canada, a souligné le premier ministre Philippe Couillard. Rappelons que le juge Pinsonneault a statué qu'un article du Code criminel interdisant d'aider quelqu'un à mourir a toujours préséance. Or la Cour suprême du Canada a invalidé cette disposition en février dernier. Opposé en raison de son idéologie rétrograde, l'administration Harper s'est volontairement traîné les pieds. Résultat, le nouveau gouvernement Trudeau n'a eu d'autre choix que de demander un sursis afin de se conformer à l'ordonnance.

Le ministre Barrette a assuré le corps médical que « la proverbiale injection de morphine » pour alléger les souffrances d'un mourant sera toujours tolérée d'ici l'entrée en vigueur de la Loi. Québec interjettera appel cette semaine, croyant que le juge Pinsonneault a erré en l'assimilant à de l'euthanasie. De fait, les parlementaires québécois ont pris énormément de précautions afin d'intégrer l'aide médicale à mourir dans une trousse des soins de fin de vie.

Marraine de la loi, la députée Véronique Hivon presse maintenant le premier ministre canadien de rappeler ses procureurs à l'ordre. Justin Trudeau a affirmé qu'il pourrait même s'inspirer de cette la Loi québécoise pour modifier le Code criminel tel qu'ordonné par la Cour suprême. Cette dernière a statué que la nouvelle loi fédérale devra permettre l'accès à la mort médicalement assistée aux personnes atteintes de maladies incurables et sources de terribles souffrances. La loi fédérale pourrait donc aller plus loin que la loi québécoise limitée aux mourants.

Au détriment de la volonté populaire et du droit fondamental de tout être humain à décider librement de sa fin, le sempiternel chamaillage Québec-Ottawa vient s'interposer. Le fédéral a souhaité récemment que Québec reporte l'application de sa Loi, le temps de redéfinir son propre cadre législatif. Ottawa est aussi intervenu en Cour supérieure afin d'appuyer la récente demande d'injonction. Justin Trudeau a une belle occasion de prouver que ses promesses d'ouverture et de respect envers les provinces sont plus que des belles paroles.

« On n'a pas le droit de refuser à des patients qui le demandent en toute connaissance de cause la fin de leurs souffrances », a bien résumé Amir Khadir, député-médecin.

Espoir

Samedi, les négociateurs des 195 pays au sommet de Paris ont adopté un projet d'accord sur la lutte aux changements climatiques. S'il y a encore loin de la coupe aux lèvres, cet accord de principe laisse présager la conclusion d'une entente définitive d'ici vendredi. L'espoir de sauver notre planète demeure bien vivant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer