Un discours progressiste

ÉDITORIAL / Le premier discours du Trône du gouvernement Trudeau traduit une... (La Presse Canadienne)

Agrandir

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / Le premier discours du Trône du gouvernement Trudeau traduit une volonté de renouvellement et d'ouverture, mais ratisse très large au point que l'on peut se demander s'il pourra et, surtout, s'il aura les moyens de mener à bien l'ensemble de ses grandes priorités.

D'entrée de jeu, les engagements énumérés par le gouverneur général David Johnston marquent un changement radical de ton et de vision avec le précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Baisses d'impôts pour la classe moyenne, investissements dans les infrastructures, réforme de l'assurance-emploi, plan de lutte aux changements climatiques, enquête sur la disparition et l'assassinat de femmes autochtones, renouvellement de l'engagement du Canada dans les missions de paix, légalisation et réglementation de la consommation de marijuana: ce discours en a mis plein la vue.

On ne peut évidemment tout dire en une quinzaine de minutes, mais cette feuille de route manque toutefois de détails, notamment sur l'approche d'Ottawa en vue des négociations pour un nouvel accord sur la santé avec les provinces, sur la nouvelle stratégie d'aide au développement des pays pauvres ou sur les moyens prévus pour rendre l'éducation postsecondaire plus abordable.

De plus, le discours a été pratiquement silencieux sur le soutien et le développement des secteurs stratégiques de l'économie, des technologies, des énergies propres, des ressources, etc., comme l'a souligné hier le chef adjoint et responsable des Affaires intergouvernementales du Parti conservateur, Denis Lebel.

Dans le cadre budgétaire très serré avec lequel il doit fonctionner, le gouvernement Trudeau devra obtenir l'appui des provinces, notamment dans le domaine des infrastructures et de l'éducation. Il aura aussi à faire des choix pour ne pas augmenter la dette, alors qu'il a déjà annoncé un déficit de 10 milliards $ au cours des deux prochains exercices financiers.

Ce premier discours du Trône ressemble certes à une longue liste d'épicerie.

Mais ne serait-ce que pour le ton, l'ouverture et la volonté de répondre au désir de changement des Canadiens, le gouvernement Trudeau a marqué des points.

Il doit maintenant se mettre au travail.

À la dernière minute

En déposant le très attendu projet de loi sur la réforme de la gouvernance des commissions scolaires, vendredi, dernier jour de la session parlementaire, et à la veille de la pause des Fêtes, le ministre de l'Éducation François Blais parviendra sans doute à reporter le débat public de plusieurs semaines.

Et peut-être à noyer le poisson, malgré l'importance des réformes proposées, comme l'ont dénoncé hier les partis d'opposition.

Car les enjeux sont majeurs: abolition des élections scolaires et des conseils de commissaires élus et création de nouveaux conseils scolaires formés de parents, d'enseignants, de directions d'écoles et de représentants de la communauté.

La participation aux élections scolaires a toujours été très faible au Québec, particulièrement dans le réseau scolaire francophone.

Mais ces mesures entraînent la fin de la démocratie scolaire, donc du droit de représentation des citoyens en tant que payeurs des taxes scolaires.

L'objectif du ministre Blais, valoriser le rôle des parents et accroître l'autonomie des directions d'école pour «rapprocher les décisions des intérêts des élèves», apparaît louable.

Mais on voit mal comment, après des années de compressions budgétaires et de réduction des services aux élèves, cela aidera à la réussite des jeunes, le but premier de cette réforme.

Et cela, même avec l'annonce récente de l'injection de 100 millions $ en deux ans pour l'ajout de ressources dans le réseau scolaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer