Le visage caché de Noël

Chers citoyens,Saviez-vous que la fête qui pollue le plus est celle de Noël? Je... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chers citoyens,
Saviez-vous que la fête qui pollue le plus est celle de Noël? Je vais donc vous parler des causes qui font de Noël la fête la plus polluante. Noël pollue en partie à cause du suremballage des cadeaux et des décorations surconsommées et gaspillées.

Premièrement, je trouve que nous emballons trop les cadeaux avec du papier d'emballage qui n'est pas recyclable. Ce papier, qui est très joli, n'est pas recyclable car il est ciré alors il va aux ordures, pas au recyclage. Je vous propose donc d'utiliser du papier journal que vous pouvez peindre et décorer comme vous voulez, c'est tout aussi beau et vous serez ravis d'offrir un cadeau dont vous avez vous-même fabriqué l'emballage. Vous pouvez aussi utiliser des tissus, c'est réutilisable et c'est joli!

Deuxièmement, les décorations sont aussi des produits polluants et que l'on surconsomme. Les décorations sont en partie fabriquées en Chine, où les ouvriers ont de mauvaises conditions de travail et où les usines produisent beaucoup de pollution de l'air. Sans oublier le transport de celles-ci, qui produit lui aussi de la pollution. Alors, en achetant ces produits on encourage en quelque sorte cette fabrication. Personnellement, je trouve ce fait horrible. J'aimerais donc vous proposer de fabriquer vos décorations à l'aide de matériaux recyclables ou de réutiliser vos anciennes décorations.

Pour conclure, je vous invite à essayer mes propositions: fabriquer vos décorations ou les réutiliser, ainsi que d'utiliser des tissus ou du papier journal décoré pour emballer vos cadeaux. D'ailleurs, vous pouvez aussi réutiliser vos papiers d'emballage. Moi, je suis contre le suremballage des cadeaux et la surconsommation des décorations. Vous, que pensez-vous de cette pollution?

Frédérique D'Amours, 6e année, École de l'Écollectif

Ce que nos élus oublient

Lorsque le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, déclare au sujet de la hausse des taxes municipales que nous ne sommes pas dans des années d'abondance, il oublie sûrement que les contribuables sont dans la même situation. Avec l'augmentation récente de la taxe scolaire, des tarifs d'électricité et, bientôt, celle des taxes municipales, je crois qu'il est temps de refaire le mélange de la pâte à crêpe.

Daniel Gagnon, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer