Sherbrooke doit continuer à aller de l'avant

Selon les plus récentes données touristiques de Statistique Canada, les... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Selon les plus récentes données touristiques de Statistique Canada, les dépenses des visiteurs dans la région sherbrookoise totalisaient en 2013 plus de 247 millions $ avec une création d'emplois directs ou indirects en année-personne de l'ordre de 4950, de 185 millions $ et 3704 emplois directs ou indirects, en 2012, alors que les recettes étaient de 222 millions $ pour 4436 emplois directs ou indirects en 2011 (...).

Il faut que cela continue et pour cela il faut investir en permanence. ...). L'offre touristique sert d'abord aux visiteurs, mais également aux citoyens d'une ville comme Sherbrooke. Nous faisons donc presque toujours d'une pierre deux coups, en plus d'améliorer la qualité de vie d'une collectivité. Les projets mis de l'avant actuellement par Destination Sherbrooke sont une excellente base en matière de valeur ajoutée pour notre offre touristique. Je ne vous cache pas avoir un penchant favorable de voir un jour les sept tours d'observation proposées par Destination Sherbrooke être reliées entre-elles par un circuit pédestre (...), avec le spectacle multimédia au lac des Nations et la vague de surf au centre-ville. ...). Tous ces projets doivent être étudiés sérieusement. Tourisme Québec et les intervenants québécois dans ce domaine sont plus que conscients qu'il faut reconquérir (...) le marché touristique américain, dont celui de la Nouvelle-Angleterre avec ses 14 millions d'habitants, un riche marché de proximité pour Sherbrooke. (...).

Ainsi, il ne faut pas rejeter trop rapidement les projets proposés Par Destination Sherbrooke puisque plusieurs d'entre eux sont des valeurs gagnantes pour notre industrie récréotouristique. De toute manière, n'oublions pas que le tourisme va prendre une place de plus en plus importante dans les économies du monde. Ne manquons pas le bateau!

Réjean Beaudoin

Sherbrooke

Ni de vacances payées ni avantages sociaux

Les syndiqués du front commun des secteurs public et parapublic ont tout à fait le droit de faire la grève, mais ont-ils pensé à ce qu'entraîne la fermeture d'une rue pour les petits commerces, les privant ainsi d'un revenu important, voire essentiel pour certains?

Contrairement aux employés du secteur public et parapublic, plusieurs propriétaires de petits commerces ne prennent peu ou pas de vacances, n'ont pas de journées de maladie payées, n'ont pas un salaire assuré, n'ont pas de congés payés (Noël, Jour de l'an, 24 juin, etc.) et n'ont pas d'avantages sociaux (régime de retraite, assurances, etc.).

Alan R. Wallis

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer