Une situation toujours aussi aberrante

À la suite de la mise au point du CIUSSS de l'Estrie-CHUS  (« Super-infirmières... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la suite de la mise au point du CIUSSS de l'Estrie-CHUS  (« Super-infirmières : Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS veut en doubler le nombre d'ici 2020 » La Tribune, samedi 21 novembre), je constate avec joie que j'avais raison! Nous n'aurons pas de super-infirmières en Estrie dans les deux prochaines années (2016-2017). On va étudier la situation pendant... quatre ans et peut-être qu'en 2020, l'Estrie aura quelques super-infirmières. Le grand CIUSSS a les mains liées!

Il faut obtenir la permission du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour créer des postes de super-infirmières et l'Estrie ne l'a pas. Une vingtaine de super-infirmières devront donc s'expatrier ou carrément prendre des emplois bien en dessous de leur compétence, faute de postes pour les accueillir. [...] Nos députés provinciaux, Luc Fortin et Guy Hardy, devraient s'intéresser un peu à cette aberrance de notre système de santé. Nous avons bien besoin de leur aide dans ce domaine. Je reste à l'affût et ne laisse pas tomber ce dossier qui me tient à coeur.

Une infirmière toujours aussi découragée que rien n'avance.

Francine Lapointe

Sherbrooke

Laissez les citoyens respirer un peu

Ce matin, quelle ne fut pas ma surprise de voir en première page de La Tribune que le maire Bernard Sévigny annonce qu'« Il y aura une hausse de taxes » pour 2016! En octobre 2015, un autre gros titre du journal nous annonçait: « Rôle d'évaluation: hausse en moyenne de 7,5 % du parc immobilier ». Je m'inquiète de l'impact de cette hausse de taxes par rapport à la hausse de la valeur de nos propriétés et aussi des motifs qui viennent appuyer cette augmentation de notre fardeau fiscal parce que le maire de Sherbrooke n'est pas très clair dans ses propos [...].

Je me souviens que lors de la dernière hausse des valeurs des propriétés, ces mêmes élus avaient décrété une hausse des taxes municipales et voilà que la roue se remet en marche et que c'est encore les contribuables qui devront payer. Ne vaudrait-il pas mieux vivre selon nos moyens et laisser les citoyens respirer un peu, car les salaires et les revenus de retraite ne sont pas ajustés au coût de la vie?

André Bourgoin

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer