Portrait de famille

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / Le très attendu rapport de la Commission Charbonneau sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction dresse un portrait implacable de l'étendue de la corruption et de la collusion au Québec, qui appelle une action rapide du gouvernement Couillard.

Faute de blâme, la présidente de commission, France Charbonneau, expose un système impliquant directement ou indirectement élus municipaux et provinciaux, fonctionnaires, firmes d'ingénierie, entrepreneurs, membres de la mafia et même le Fonds de solidarité pour la période qui a fait l'objet de son enquête, qui va de 1996 à 2011.

Un beau portrait de famille que l'on connaissait déjà en partie.

Comme il fallait s'y attendre, le premier ministre Philippe Couillard et le leader parlementaire Jean-Marc Fournier ont insisté sur le fait que la présidente de la commission, France Charbonneau, n'établit pas de lien direct entre le financement des partis politiques et l'attribution de contrats publics.

Ils se plaisent aussi à dire qu'un redressement est déjà en cours et qu'ils donneront suite au rapport.

On n'en attend pas moins.

Car les Québécois veulent des mesures concrètes pour contrer l'infiltration du crime organisé, casser la culture du copinage et briser les monopoles qui ont coûté des centaines de millions $ en fonds publics et pénalisé de nombreux entrepreneurs honnêtes.

De l'argent dont on ne reverra sans doute jamais la couleur.

Au cours des dernières années, le Parti québécois et le Parti libéral ont adopté des mesures pour contrer la collusion et la corruption avec la création de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), la loi 1 qui donne à l'Autorité des marchés financiers le mandat de s'assurer de l'intégrité des entreprises et la limite de 100 $ pour les contributions aux partis politiques,

Mais cela n'est pas suffisant pour contrer les accrocs aux règles contractuelles, le blanchiment d'argent, l'intimidation et le mutisme.

Du reste, le crime organisé continuera de rechercher les failles dans les règlements et de courtiser des intermédiaires « corruptibles ».

Pas plus tard que lundi, le Bureau de l'inspecteur général de la Ville de Montréal dévoilait que la collusion et les liens avec le crime organisé sont encore présents dans l'industrie du déneigement.

Les 60 recommandations de la commission offrent des pistes concrètes au gouvernement.

La création d'une instance nationale d'encadrement des marchés publics, le renforcement de la Loi sur la bâtiment pour bloquer les entrepreneurs fautifs, l'accroissement de l'expertise interne au ministère des Transports et l'interdiction aux ministres et à leur personnel de solliciter des contributions politiques des fournisseurs et bénéficiaires d'aide financière de leur ministère en sont quelques exemples.

Il est toutefois étonnant que le commissaire Renaud Lachance juge que les liens entre le versement de contributions à des partis politiques provinciaux et l'octroi de contrats publics, évoqués par la présidente France Charbonneau, n'ont pas été démontrés.

Cela vient un peu torpiller le travail de la commission et, sans doute, rassurer de nombreux acteurs impliqués dans les cas passés de malversation.

La commission n'a pas le mandat d'instituer des enquêtes ni de déposer des accusations, ce qui relève de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Mais le gouvernement Couillard, lui, a le devoir de donner suite au rapport et de démontrer sa volonté de protéger les institutions publiques.

Un bon début serait de s'interroger sur l'inaction du bureau du DPCP alors que le dépôt d'accusations se ferait toujours attendre dans une demi-douzaine d'enquêtes complétées par l'UPAC, dont deux concernent le financement du Parti libéral du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer