Il ne faut pas décriminaliser la marijuana

Monsieur Justin TrudeauPremier ministre du CanadaEn premier lieu, permettez-moi... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Monsieur Justin Trudeau
Premier ministre du Canada

En premier lieu, permettez-moi de vous féliciter pour votre grande victoire. Je crois que du sang neuf dans la gestion de notre pays lui donnera la chance de grandir avec sa population.

Pour ce qui est de la légalisation de la marijuana, j'aimerais porter à votre attention les impacts de cette décision.

Je travaille dans le réseau correctionnel du Québec depuis près de 46 années. Je peux vous dire, sans les statistiques, que nous gardons des jeunes détruits par cette drogue. Plus de 80 % des personnes incarcérées ont un lien avec cette substance. Plusieurs ont développé des problèmes de santé mentale après avoir consommé de la marijuana (TDAH, schizophrénie, bipolarité, etc.) Combien de parents ont perdus leurs enfants dans ce monde de la drogue?

Il ne faut pas oublier que ce produit conduit à la dépendance. Aurons-nous assez de maisons de désintoxication pour ramener ceux qui, après une seule fois, deviendront accros?

Nous vivons dans une société qui se bat pour éliminer les fumeurs de tabac; même si c'est légal, il a un impact sur la santé et contribue à augmenter les frais pour les soins de santé. La publicité dit que la cigarette tue. Avons-nous pensé que les nouveaux consommateurs de marijuana (pour le loisir) vont conduire des automobiles en état d'intoxication? Combien de joints faudra-t-il fumer avant d'être considéré comme un danger public sur les routes? Et que penser de la fumée secondaire pour les gens qui veulent être sobres? Imaginer une grosse soirée bien enfumée, tous seront incommodés dans leur jugement sans le vouloir par la fumée secondaire et deviendront dangereux au volant de leur véhicule, qu'ils aient fumé ou non... Du bonbon pour les médias! Y aura-t-il un âge légal pour commencer à fumer? Le crime organisé ne se gêne pas pour en donner à nos enfants d'au plus 10 ans. Ensuite, la force du produit légalisé ne rencontrera pas celle des produits offerts par le milieu criminel.

Le consommateur recherche un produit de plus en plus fort. Le trafic illégal va continuer, car le produit de la rue sera plus attrayant. Le fait de rendre légal le produit de la marijuana va contribuer à l'augmentation du nombre de consommateurs.

Je souhaite que l'objectif de cette loi ne soit pas seulement pour contrer le trafic de la drogue et faire des profits pour le gouvernement. On ne peut « vendre » une société pour ces seuls motifs.

On pourrait décriminaliser ce produit pour protéger les consommateurs qui sont déjà pris dans ce cercle.

Pour ce qui est des producteurs, des trafiquants ou des importateurs, il faudrait des sentences sévères de pénitenciers.

Légaliser la marijuana ne fera que confirmer que le crime organisé est gagnant, car étant incapable de les combattre, on fera comme eux. Une société « gelée » n'est pas ce que l'on souhaite pour l'avenir d'un peuple. Allons-nous aussi la légaliser pour le grand peuple du Nord déjà aux prises avec cette problématique?

Il ne faut pas se faire d'illusions, la marijuana est la porte d'entrée à l'utilisation des drogues dures pour plusieurs consommateurs.

J'invite les gens d'accord avec ma position à écrire au premier ministre Justin Trudeau et à leurs élus.

Claude LeBlanc

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer