Affamer pour mieux régner!

Le choix du ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad, de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le choix du ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad, de déposer un projet de loi qui pénalisera les nouveaux demandeurs d'aide sociale ne réduit en rien la pauvreté. Ce projet de loi ne s'attaque pas aux causes structurelles, mais bien aux personnes les plus démunies de notre société.

Comment peut-on aujourd'hui menacer d'affamer des personnes par des mesures punitives? Comment imaginer couper un revenu dont le montant représente déjà moins de la moitié de ce qui est nécessaire pour couvrir les besoins de base reconnus par le gouvernement du Québec? Comment M. Hamad peut-il exiger que des personnes se retrouvent avec moins de 616 $ par mois pour survivre? Un montant qui force déjà les personnes assistées sociales à faire des choix déchirants qui mettent en péril leur santé mentale et physique.

Les personnes assistées sociales seront encore les victimes des compressions budgétaires du ministre Hamad (...). Affamer pour mieux régner! Voilà le mot d'ordre de ce gouvernement. En pleine consultation publique pour enrichir son plan de lutte à la pauvreté, voilà que celui-ci décide de mettre la tronçonneuse à la porte du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Par contre, offrir de la formation qualifiante, selon leurs besoins et leurs aspirations, par un accompagnement significatif dans leur recherche, dans leur démarche tout en leur permettant de se sortir du cercle vicieux et cela de façon volontaire... on ne peut être contre la vertu.

De plus, les emplois dont le ministre parle, sont-ils des emplois virtuels? Quels genres d'emplois a-t-il à offrir? Est-ce que cette main-d'oeuvre sera « peu coûteuse et jetable » et à qui profitera-t-elle?

Action Plus, la Table d'action contre l'appauvrissement de l'Estrie (TACAE) et Solidarité Populaire Estrie (SPE) jugent que la proposition du ministre Hamad, visant à pousser vers l'emploi les personnes faisant une première demande d'aide sociale au moyen de pénalités financières, s'attaque à la mauvaise cible et est inacceptable. Les principaux obstacles à l'emploi pour les personnes assistées sociales sont un revenu trop bas et des mesures de soutien insuffisantes ou inadéquates. Le ministre doit reculer! Nous réclamons un vrai plan de lutte contre la pauvreté. (...).

Line Marcoux, TACAE

Ginette St-Onge, Action Plus

Mylène Boisvert, SPE

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer