Corruption et extorsion

Éditorial / Le rapport sera dévastateur pour la Fédération... (La Tribune archives, Maxime Picard)

Agrandir

La Tribune archives, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Pierre-Yvon Bégin</p>
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune.

La Tribune

(Sher) Éditorial / Le rapport sera dévastateur pour la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF). Aujourd'hui, l'avocat montréalais Richard Pound doit dévoiler les conclusions de son enquête sur cette organisation. Mandaté par l'Agence mondiale antidopage, il a découvert que la corruption, l'extorsion et le chantage la gangrènent jusqu'au plus haut niveau. Après le récent scandale de la Fédération internationale de football (FIFA) dans le monde du soccer, il apparaît malheureusement que de grandes autorités sportives nagent toujours en eau trouble.

L'affaire remonte à l'an dernier. Un reportage d'une chaîne de télévision allemande avait mis en lumière les pratiques douteuses de l'athlétisme en Russie. Ces révélations ont amené l'Agence mondiale antidopage à enquêter sérieusement. Un quotidien français en ligne, Mediapart, a mis la main sur le rapport de Richard Pound.

Président de l'IAAF jusqu'à l'été dernier, Lamine Diack est identifié pour avoir touché frauduleusement plus d'un million. L'un de ses fils aurait notamment menacé la championne du 1500 mètres aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Lors de ces jeux, plusieurs athlètes ont payé jusqu'à un demi-million en échange du silence de la Fédération quant à des anomalies dans leurs tests antidopage.

Selon Mediapart, la corruption a débuté en 2011 avec la remise d'une liste d'athlètes suspectés de dopage à la Fédération russe. Celle-ci a par la suite fait chanter les athlètes en leur promettant d'échapper aux contrôles antidopage, en modifiant par exemple les données de leur passeport biologique.

Rejoint au téléphone par Robert Foisy de Radio-Canada, Richard Pound convient que le rapport qu'il déposera à Genève est fort accablant. L'avocat refuse d'en dévoiler les détails, confiant tout de même qu'il est grand temps de faire le ménage dans le monde du sport international.

Au soccer, Sepp Blatter, président de la FIFA, a démissionné trois jours après sa réélection pour un 5e mandat en juin dernier. Il est soupçonné par la justice suisse d'avoir détourné à son profit des sommes colossales, notamment pour avoir trempé dans un trafic de billets pour les dernières coupes du monde. L'un des aspirants pour le remplacer, Michel Platini, se trouve aussi parmi ceux qui auraient profité du système.  

Cette image toxique a des répercussions. Il est facile de comprendre qu'aucune société commerciale d'envergure ne veut être associée à des fraudeurs. L'organisation internationale de police criminelle, Interpol, a d'ailleurs suspendu en juin dernier son partenariat avec la FIFA. Elle soutenait un projet visant à mettre en place un programme sur « l'intégrité dans le sport ». La contradiction ne peut être plus choquante.

Plus près de chez nous, le président du Comité olympique canadien, Marcel Aubut, a récemment remis sa démission, cette fois pour des cas de harcèlement sexuel.

Il est pour le moins dommage de constater le comportement de certains dirigeants de ces grandes organisations sportives. Depuis trop longtemps, quelques-unes sont menées par des mégalomanes obnubilés par leurs ambitions personnelles. Le souvenir d'un Juan Antonio Samaranch, président corrompu du Comité international olympique durant vingt ans, qui tenait à se faire appeler son « Excellence », plane toujours.   

De grandes organisations sportives ont jusqu'ici accepté volontiers la contribution en apparence désintéressée de leurs dirigeants. De toute évidence, ce système peut conduire à des abus et donner l'impression d'engendrer des boys clubs dépourvus d'éthique. Afin de conserver le peu de crédibilité qui leur reste, elles ont précisément intérêt à faire le ménage et à prendre les dispositions pour tenir les dirigeants véreux à l'écart.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer