Le début de l'ère Trudeau

Il y a deux semaines, les Québécois ont choisi de faire confiance à l'équipe... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Il y a deux semaines, les Québécois ont choisi de faire confiance à l'équipe Trudeau pour gouverner le Canada. Plusieurs ont choisi le vote stratégique afin de déloger le gouvernement conservateur de Stephen Harper, mais je ne vous cacherai pas mon inquiétude pour le Québec à la suite de cette élection.

D'abord, je dois dire que je ne suis pas raciste ni contre l'immigration, mais la promesse de Justin Trudeau de faire venir 25 000 réfugiés syriens et irakiens au Canada d'ici le 1er janvier 2016 ne se fera pas sans heurts et engendrera un coût élevé pour l'État fédéral pour intégrer correctement tout ce beau monde. De nombreux défis seront à prévoir et parmi ceux-ci, celui de préserver notre identité [...] avec tout cet afflux d'immigrants. L'ère Trudeau va aussi sûrement replonger le pays dans le rouge pour les années à venir [...] en raison de l'intention du nouveau premier ministre de déposer trois budgets déficitaires afin de financer des investissements dans les infrastructures.

[...].

Je ne veux pas non plus passer sous silence ce qui se passe au provincial, car ce n'est guère mieux avec toutes ces mesures d'austérité qui vont réduire à rien le modèle québécois et nous dépouiller de tous nos acquis des 50 dernières années. Alors, les Québécois deviendront plus dépendants du Canada et ne songeront plus à la souveraineté. Ainsi pense Philippe Couillard.

L'aspect positif dans tout ça, s'il y en a un, c'est que la déclaration du professeur de sciences politiques Matt Qvortrup, de l'Université Coventry, en Angleterre, pourrait s'avérer : selon lui, l'arrivée de Justin Trudeau au pouvoir pourrait raviver l'option souverainiste au Québec. Les Catalans, en Espagne, ont compris, eux, que la survie de leur langue et de leur identité n'était possible qu'en étant un pays souverain. Après tout, gérer ses propres affaires et aspirer à être libre en tant que nation n'a jamais fait de tort à personne.

Florence Boucher

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer