Au nom de la liberté d'expression

Depuis plusieurs semaines, l'hôtel de ville de Sherbrooke... (Archives La Tribune)

Agrandir

Depuis plusieurs semaines, l'hôtel de ville de Sherbrooke arbore deux banderoles en l'honneur de Raif Badawi. Sur la photo, on aperçoit son épouse, Ensaf Haidar, qui mène une lutte afin d'obtenir la libération de son conjoint.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Raif Badawi est emprisonné en Arabie Saoudite depuis près de 4 ans. Malgré les nombreux reports de sa sentence de 1000 coups de fouet, on apprend cette semaine qu'il pourrait subir une partie de sa sentence ce vendredi.

Il est inconcevable, qu'en tant que nation, nous n'arrivions pas à empêcher ce genre de punition barbare. Je crois qu'il est du devoir du Canada d'exercer les pressions nécessaires pour libérer Raif Badawi et de se positionner en tant que leader dans la communauté internationale pour promouvoir les droits et libertés de la personne, ce qui inclut la liberté d'expression.

En effet, je souhaite vivement que mon pays retrouve le rôle de leader qu'il a déjà eu en matière de droits humains et qui a contribué notamment à la fin de l'apartheid en Afrique du Sud. J'exige du gouvernement nouvellement élu qu'il passe de la parole aux actes en accentuant la pression sur l'Arabie Saoudite pour faire libérer Raif Badawi et qu'il travaille de concert avec les autres partis afin de protéger les libertés individuelles de tous les Canadiens et Canadiennes. J'interpelle donc notre premier ministre, Justin Trudeau, pour qu'il agisse sans plus tarder avec son homologue d'Arabie Saoudite.

Au nom de la liberté d'expression, il est primordial de continuer la mobilisation afin de libérer Raif Badawi et de protéger nos droits et libertés.

Pierre-Luc Dusseault

Député NPD fédéral de Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer