L'épreuve de la réalité

Il sera sans doute plus facile pour la... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Il sera sans doute plus facile pour la région d'obtenir une oreille attentive auprès du gouvernement Trudeau qu'avec les conservateurs de Stephen Harper.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) Éditorial / Avec une quarantaine de députés libéraux élus, dont deux en Estrie, le Québec et la région seront bien représentés dans le nouveau gouvernement libéral de Justin Trudeau.

Mais, après les belles intentions exprimées en campagne électorale, l'épreuve de la réalité commence.

Car même si le fort contingent de députés libéraux québécois place la province dans une « position de force », comme le croit le premier ministre Philippe Couillard, de nombreux dossiers attendent le nouveau gouvernement tant sur le plan québécois qu'estrien.

Il est toutefois présomptueux d'affirmer que la victoire écrasante des libéraux de Justin Trudeau confirme le déclin du mouvement souverainiste, comme l'affirme M. Couillard, mais le constat est néanmoins douloureux pour le Bloc québécois.

Car même si la formation indépendantiste a fait élire 10 députés, elle n'a recueilli que 19,4 pour cent des suffrages contre 23 pour cent en 2011.

Le parti de Gilles Duceppe est d'ailleurs rayé de la carte en Estrie puisque Richmond-Arthabaska, la seule circonscription qu'il détenait jusqu'à la démission du député André Bellevance, en 2014, est passée aux mains de l'ex-maire de Thetford-Mines, Luc Berthold.

Si, aux yeux du nouveau premier ministre Trudeau, les Québécois ont choisi « la voie de l'engagement » en se rangeant du côté du pouvoir pour la première fois en plus de 20 ans, les attentes sont élevées de ce côté-ci de l'Outaouais après des années de régime conservateur.

Par exemple, à la veille de la Conférence des Nations unies sur le climat, qui débute à Paris à la fin de novembre, M. Trudeau doit rencontrer les premiers ministres provinciaux pour discuter des cibles canadiennes de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Pourront-ils s'entendre sur une position commune avec des cibles aussi ambitieuses que celles du Québec?

D'autres enjeux feront également l'objet de débats entre Québec et le nouveau gouvernement libéral, notamment les investissements dans les infrastructures et les transports collectifs, la péréquation, le projet d'oléoduc Énergie Est et l'accueil des réfugiés syriens.

En Estrie, les dossiers sont légion : sécurité ferroviaire, protection de la gestion de l'offre en agriculture, relance de l'aéroport régional de Sherbrooke et réfection des deux manèges militaires à Sherbrooke, notamment.

Heureusement, il sera sans doute plus facile pour la région d'obtenir une oreille attentive auprès du gouvernement Trudeau qu'avec les conservateurs de Stephen Harper.

Au cours des dernières années, ceux-ci ont négligé l'Estrie malgré la présence d'un ancien lieutenant de M. Harper pour le Québec dans Mégantic-l'Érable, l'ex-député Christian Paradis.

À cet égard, le nouveau député conservateur de Mégantic-l'Érable, Luc Berthold, dont le parti a été un champion de la déréglementation de l'industrie du transport par train, devra démontrer qu'il a à coeur la sécurité ferroviaire et obtenir une voie de contournement à Lac-Mégantic.

Les deux députés libéraux de la région, Marie-Claude Bibeau (Compton-Stanstead) et Denis Paradis (Brome-Missisquoi) devront épauler M. Berthold dans ce projet et faire pression sur leur gouvernement pour qu'il revoie le dossier de la sécurité ferroviaire au pays.

Malgré la débâcle du Nouveau parti démocratique et les remises en question qui s'en suivront, les députés Pierre-Luc Dusseault, dans Sherbrooke, et François Choquette, dans Drummond, seuls survivants de la vague orange de 2011 dans la région, auront un rôle important à jouer.

Il en va de même avec les deux députés conservateurs, Alain Rayes, dans Richmond-Arthabaska, et Luc Berthold, dans Mégantic-l'Érable, qui devront travailler en partenariat avec leurs collègues de la région et se faire complices du changement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer