• La Tribune > 
  • Opinions 
  • > Le Québec peut-il se passer d'une éducation de qualité? 

Le Québec peut-il se passer d'une éducation de qualité?

Au Québec, la Loi sur l'instruction publique affirme que toutes les personnes... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Au Québec, la Loi sur l'instruction publique affirme que toutes les personnes ont droit à une éducation primaire et secondaire gratuite et de qualité. Malheureusement, le sous-financement qui sévit depuis quelques années dans le milieu scolaire, et particulièrement les compressions mises en place par le gouvernement actuel, menacent la qualité des services offerts à nos enfants dans le réseau des écoles publiques.

Le 29 septembre dernier s'est tenue, comme à chaque année, l'assemblée générale des parents de l'école primaire Hélène-Boullé, de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke. Les parents présents lors de cette assemblée, comme tous les autres parents qui s'impliquent dans l'école de leur enfant, sont à même de reconnaître cet état de fait. Tous les jours, nous sommes en mesure de constater l'implication et le dévouement de l'ensemble des intervenants du réseau public d'éducation : enseignants, directeurs, professionnels et personnel de soutien. Ces personnes ont à coeur la réussite des enfants et la qualité du milieu dans lequel ils évoluent.

Cependant, leur tâche est de plus en plus difficile, voire impossible, compte tenu de la diminution des moyens mis à leur disposition. C'est pourquoi l'assemblée générale des parents de l'école Hélène-Boullé a tenu à appuyer le mouvement «Je protège mon école publique». Ce muvement est une initiative citoyenne indépendante et non partisane qui n'est associée à aucun parti politique ni syndicat. Une résolution a donc été adoptée unanimement par les parents présents à cette assemblée afin de prendre clairement position en faveur des demandes de ce mouvement :

- Un financement adéquat et stable du réseau d'éducation publique primaire et secondaire au Québec.

- Une solution rapide et durable à la surpopulation dans les écoles.

- Un accès aux services de professionnels pour nos enfants et leurs enseignants.

Il est temps pour nos dirigeants de constater que l'éducation n'est pas une dépense, mais un investissement. Les coupes budgétaires actuelles dans le système de l'éducation québécois auront à long terme un coût humain et économique très élevé. Réparer les dégâts qui seront faits coûtera beaucoup plus à la population québécoise que les sommes qui pourraient être récupérées à travers les coupures actuelles.

Loïc Franchomme-Fossé

Au nom de l'assemblée générale

des parents de l'école primaire Hélène-Boullé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer