Le prix de l'essence : un débat dépassé

Le syndrome sherbrookois du délire automobile à occupant unique s'amplifie de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Le syndrome sherbrookois du délire automobile à occupant unique s'amplifie de mois en mois dans notre ville malgré la crise climatique en cours, qui ne cesse chaque jour de causer des ravages immenses un peu partout sur notre seule et unique planète.

Ce tout à la voiture pour chacun et chacune à Sherbrooke, l'augmentation continuelle des grosses cylindrées dans nos rues, la surutilisation persistante de l'auto dans notre ville, le recours constant à l'auto par nos citoyens pour se déplacer ainsi que l'attachement excessif et bien connu de nos automobilistes pour leur volant sont les facteurs prédominants et déterminants du maintien constant et plus que stable du prix plus élevé de l'essence à la pompe à Sherbrooke et sa région, comme en fait foi une analyse récente d'experts mandatés par Statistiques Canada et une étude effectuée par d'autres experts de l'Office national de l'énergie du Canada qui arrive à la même conclusion.

C'est donc dire à quel point nos vieilles habitudes bien ancrées de dépendance acquise et inconsciente à l'auto et au pétrole reproduisent encore et toujours aujourd'hui une dynamique sociale qui a de plus en plus d'impacts négatifs sur nos portefeuilles, notre santé individuelle et sur le dérèglement climatique en cours.

On doit savoir que la voiture à occupant unique représente 84 % des usagers des rues sherbrookoises et 57 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans notre ville, tout en contribuant très largement à augmenter toutes ces autres émissions polluantes reconnues comme toxiques pour l'humain et son environnement immédiat, les oxydes d'azote, le benzène, le toluène, le formaldéhyde, les oxydes de soufre ainsi que les dangereuses particules de sulfate et les dioxydes de soufre en provenance des gaz d'échappement de nos véhicules qui constituent en plus un risque important de cancer.

Ces multiples et nombreuses émissions réunies, s'accumulent en réalité selon de nombreux experts aux alentours des axes les plus fréquentés par les automobiles où vivent des dizaines de milliers de familles et d'individus.

Rester les bras croisés devant de telles menaces pour notre santé et notre sécurité serait totalement irresponsable de notre part en tant que collectivité évoluée, instruite et intelligente. Le temps est donc venu à Sherbrooke de passer enfin à l'action et de repenser dès maintenant nos manières de se déplacer dans notre ville que l'on aime tant.

Alors, que pouvons-nous faire comme citoyen? Pour commencer, nous pouvons tout simplement mettre l'épaule à la roue en faisant d'abord une prise de conscience de la situation très sérieuse dans laquelle nous nous retrouvons tous et toutes aujourd'hui. Ensuite, nous pouvons examiner (...) la possibilité de faire du covoiturage avec un ou des collègues de travail pour effectuer un même trajet ensemble vers notre lieu de travail, en plus de partager le coût du dispendieux carburant, tout en faisant un réel et très efficace pied de nez aux pétrolières voraces, en plus de disposer de plus d'argent pour nous-mêmes ou notre famille.

Il nous est également possible d'étudier la possibilité de faire de l'autopartage ou bien encore de consulter une carte de Sherbrooke et de voir si (...) nous pouvons accéder plus facilement à notre lieu de travail ou à d'autres endroits à pied, en vélo ou en patins à roues alignées, lorsque la température le permet.

Il est de plus très agréable de se rendre par autobus au Carrefour de l'Estrie le samedi et le dimanche pour faire nos achats et d'en revenir sans aucun tracas. L'autobus pour se rendre à notre travail, lorsque c'est possible pour nous, est également une option supplémentaire intéressante et peu coûteuse.

Comme on le voit, on peut réellement et concrètement réussir ensemble à moins polluer (...) tout en diminuant effectivement nos dépenses en transport, nos émissions de GES et autres émissions toxiques dans notre milieu de vie.

Réussir ensemble à moins polluer. Voilà la voie de notre avenir!

Robert Gauthier

Conscience climatique Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer