Une fois de plus la CMQR est déconnectée

Attendu que la compagnie ferroviaire Central Maine & Québec Railway (CMQR)... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Attendu que la compagnie ferroviaire Central Maine & Québec Railway (CMQR) affirme ne pas avoir signé de contrat pour transporter du pétrole à compter de janvier 2016 (même si la situation peut changer). La population de Lac-Mégantic espère que lors de la prochaine rencontre avec ses dirigeants les informations seront plus justes que celles fournies lors de sa première visite et qui touchaient la mise aux normes des voies ferrées.

Attendu que la compagnie ferroviaire CMQR indique clairement qu'elle ne remplacera pas le ponceau près du centre-ville, même s'il nécessite une surveillance accrue. La compagnie a déjà dépensé 22 millions $ pour améliorer la voie ferrée? Mais un 50 000 $ de plus c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase? J'espère que vos propres professionnels ne se trompent pas et que nous n'aurons pas à voir s'échouer vos wagons plus bas sur la rue Baie des Sables.

Attendu que j'ai déjà admis ne pas être un spécialiste de la voie ferrée, mais un observateur. Je n'ai pas besoin d'être un spécialiste, M. John Giles (président de la CMQR), pour observer des feux de signalisation détraqués qui sont en mode passage de train pendant des heures, mais sans train! M. Giles, on ne dit pas «sans autorité», mais sans compétence. Tant qu'à discréditer nos observations, prière d'utiliser les bons termes. Vous nous qualifiez de «non-experts», mais nous n'avons jamais prétendu en être. Nous avons de bons yeux et nous savons lire les documents relatant les recommandations à la suite de la tragédie de juillet 2013.

Attendu que notre opinion diffère de la vôtre concernant la compétence de M. Jacques Daniel Vandersleyen (lui en est un vrai), il y a des photos des voies ferrées qui donnent froid dans le dos. Je vous en ai fait parvenir quelques-unes sans commentaire de votre part en retour. Des centaines de citoyens nous encouragent à continuer notre travail d'observation et de dénonciation et 2800 personnes ont signé une pétition contre le passage des matières dangereuses sans des corrections sur la voie ferrée. L'huile qui coule des engins, le déraillement de Farnham, ce sont ces nouvelles qui font monter l'angoisse chez les citoyens et non notre surveillance. En passant, je ne désire pas être heureux, mais tout simplement satisfait par rapport à votre imputabilité et une communication franche dont je n'ai pas vu une seule lettre à ce jour.

Attendu que je reprends vos mots : «Je crois que ceux qui se déclarent eux-mêmes des experts...». M. Giles, vous n'avez jamais entendu notre équipe de surveillance affirmer que nous étions des experts, nous avons toujours affirmé que nous étions des observateurs. Voir des clous manquants, des rails usés à l'extrême, des dormants en poussière, ça ne prend que des yeux et non un diplôme d'ingénieur. Vous pouvez bien nous affubler des termes «inspections amateures, irresponsables, sans fondement et qui parcourent les voies ferrées sans autorisation (déjà demandées dans le passé, trois fois, mais sans réponse de votre compagnie)», la vie de nos amis citoyens, l'environnement et l'économie sont les valeurs qui nous motivent à poursuivre notre mission. Vous pouvez nous dénigrer, mais vous pouvez aussi collaborer, le choix est vôtre.

André Lachapelle

Lac-Mégantic

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer