Élections : quand le niqab supplante Lac-Mégantic

Il est déconcertant de constater l'importance que l'on accorde, pendant la... (Archives, La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

Archives, La Presse, Robert Skinner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Il est déconcertant de constater l'importance que l'on accorde, pendant la présente campagne électorale fédérale, au port du niqab.

Par exemple, lorsqu'une femme veut participer à une cérémonie d'assermentation pour devenir citoyenne canadienne. En comparaison, la tragique situation de la région de Lac-Mégantic, qui a connu la catastrophe ferroviaire du 6 juillet 2013, dans laquelle 47 personnes sont mortes, suscite peu d'attention. Dans un premier temps, il faut savoir qu'à peine 50 personnes porteraient le niqab au Québec et près de 500 dans l'ensemble du Canada... Et on en fait un immense sujet électoral pancanadien, alors que Lac-Mégantic demeure dans le silence de l'oubli.

Comme nous le savons, Stephen Harper et son équipe conservatrice ont embauché un super stratège australien en matière électorale afin de permettre au Parti conservateur d'effectuer des gains à travers le Canada en vue de se maintenir au pouvoir. Il faut donc souhaiter que ce fabuleux stratège, payé à gros prix par le Parti conservateur pour trouver des idées de diversion, pense également à accorder davantage d'intérêt aux besoins de la population de Lac-Mégantic.

L'intérêt des Canadiens relativement à ce dossier est important puisque la situation vécue par la population de cette ville québécoise pourrait se reproduire dans des centaines d'autres villes et villages du Canada. Il s'agit donc d'un problème pancanadien, compte tenu du piètre état de notre réseau ferroviaire national et d'un système d'inspection défaillant.

Je veux bien que l'on parle du niqab, mais on doit aussi parler de la situation à Lac-Mégantic plus de deux ans après le drame, un sujet que Stephen Harper ne semble pas encore avoir abordé depuis le début de la campagne électorale.

Il s'agit d'une drôle de façon de faire de la politique, ce que les Canadiens devraient refuser. (...).

Réjean Beaudoin

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer