Pas de place pour le vélo

Il y a quelques jours, je suis allée travailler en vélo. J'emprunte le plus... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Il y a quelques jours, je suis allée travailler en vélo. J'emprunte le plus possible les pistes cyclables, dont celle de la plage Blanchard. Ce matin-là, lorsque j'ai voulu croiser trois piétons qui dépassaient la ligne du milieu, je les ai avertis de ma présence en disant «Attention!».

La troisième personne s'est tassée et je l'ai remerciée avant qu'elle me «garroche» un «y'a pas assez de place!». Je m'excuse, mais ce n'est pas parce que je manquais de place que j'ai dit «attention», mais pour être certaine que cette personne ne ferait pas un pas de côté ou ne m'accroche pas en passant.

Il y a aussi parfois des personnes qui font un saut lorsqu'elles ne nous entendent pas arriver. Je crois que les cyclistes sont les mal-aimés du transport : on est de trop sur les routes et il ne faut surtout pas embarquer sur les trottoirs, car des gens nous poussent parfois en bas du trottoir (ça m'est arrivé sur le pont Joffre).

On est de trop sur les pistes cyclables, on dérange les marcheurs, etc. Coudonc, peut-on faire du vélo quelque part sans danger?

Rachel Choquette

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer