Le vélo sur les trottoirs: destination danger!

À Sherbrooke, circuler à vélo sur les trottoirs est une pratique répandue et... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

À Sherbrooke, circuler à vélo sur les trottoirs est une pratique répandue et tolérée. Bien que rouler sur les trottoirs soit interdit par le Code de la sécurité routière, Vélo Québec émet quelques bémols à ce sujet, notamment dans le cas des enfants de 9 ans et moins, et lorsqu'on se retrouve en zone vraiment inhospitalière pour les cyclistes.

Il semble bien que Sherbrooke soit en grande partie une de ces zones inhospitalières. Rouler sur les trottoirs expose les cyclistes autant que les piétons à des dangers réels. L'invasion des trottoirs par les vélos révèle de façon incontestable le sentiment d'insécurité qu'éprouvent les cyclistes quand vient le temps de circuler dans les rues de Sherbrooke.

Les cyclistes, tout comme les automobilistes, veulent aller du point A au point B le plus directement possible. Malheureusement, à Sherbrooke c'est impossible, car le réseau cyclable utilitaire est pratiquement inexistant pour l'instant. L'annonce récente de la Ville à savoir qu'il n'y aura pas de bande cyclable sur le pont Jacques-Cartier ne fait que confirmer cet état de fait.

Il est à se demander si les décideurs, élus et ingénieurs de la Ville, ont déjà enfourché un vélo pour partager la route avec la circulation trépidante au travers des crevasses, nids de poules, regards d'égouts, etc. Incohérence et confusion sont les mots qui définissent le mieux le réseau cyclable actuel et celui à venir, si les façons de faire demeurent inchangées. À Sherbrooke, la pseudo-fluidité de la circulation est une préoccupation de tous les instants pour nos décideurs. Dans ce contexte, aménager des voies cyclables sur les axes principaux semble impossible comme l'ont mentionné certains élus. Et si ces voies cyclables étaient la solution et non le problème? En effet, plus il y aura de voies cyclables bien aménagées, plus il y aura de personnes qui les emprunteront et moins il y aura d'automobiles en circulation. Investir pour inciter les gens à marcher et à utiliser le vélo, c'est investir dans la santé, dans la sécurité et dans la qualité de vie des personnes. Il est plus que temps que la Ville amorce un dialogue constructif avec un comité d'usagers prêts à partager leur vécu, leurs besoins, leurs pistes de solution et surtout leur vision afin que Sherbrooke devienne une ville attrayante et sécuritaire pour tous.

Silvie Bernier

Jacinthe Harbec

Louise Masson

René Allard

Normand M. Bengle

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer