Le Bloc a-t-il toujours sa place à Ottawa?

Le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe et... (IMACOM, Julien Chamberland)

Agrandir

Le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe et la candidate dans Sherbrooke Caroline Bouchard

IMACOM, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Depuis le début de la campagne, des gens, des souverainistes en particulier, prétendent que le Bloc québécois n'est plus de saison. Que c'est un parti dépassé, bref que c'est fini! Mais qu'est-ce que le Bloc québécois?

Si au départ la fonction de ce parti était de faciliter l'accession vers la souveraineté après un référendum gagnant, il s'est vite transformé en un bouclier pour défendre les intérêts des Québécois sur la scène fédérale. Il s'est battu afin que le gouvernement reconnaisse le déséquilibre fiscal; il s'est battu pour que les chômeurs puissent toujours vivre décemment.

Même s'il n'a pas remporté tous les combats qu'il a livrés au fil des ans, le Bloc québécois reste un parti de combat, un parti d'hommes et de femmes dédié à la défense des Québécois et des Québécoises.

Certains d'entre vous, amis souverainistes, succombent déjà aux chants des sirènes du Nouveau parti démocratique (NPD). (...).

Prenez garde, car le NPD est un parti centralisateur qui n'a rien à faire des champs de compétences des provinces. Vous détestez les chicanes! Vous voulez la paix! Et bien, préparez-vous à la guerre. Pour ma part, si je suis souverainiste, je suis avant tout un Québécois soucieux de préserver les acquis de notre peuple au sein d'un pays, dont les intérêts ne convergent pas souvent avec les nôtres.

À l'instar des autres provinces, nous avons subi la crise, nous avons perdu des emplois. Mais contrairement aux autres provinces, à l'Ontario dont l'industrie automobile a été sauvée à renforts de milliards, qu'avons-nous obtenu au Québec? Est-ce que les députés du NPD se sont battus pour le Québec? Est-ce que les députés du NPD, depuis le début de la campagne actuelle, critiquent cette dépense de 45 milliards de dollars pour des avions de chasse qui peinent à voler? Est-ce ce genre de représentation passive que nous voulons, des gens plats et inertes élus uniquement dans le torrent de Jack Layton? (...).

Même si le Bloc n'est pas en santé, je vais voter pour le seul parti qui me représente et s'il doit périr, ce sera dans l'honneur d'avoir défendu ses idées jusqu'au bout; bref, d'avoir défendu un peuple qui n'a pas confiance en lui, un peuple qui ne s'aime pas beaucoup.

Pascal Cyr

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer