Rentrée scolaire sur fond d'inquiétude

À la rentrée scolaire, l'école symbolise plus que jamais l'avenir et la... (IMACOM, Julien Chamberland)

Agrandir

IMACOM, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

À la rentrée scolaire, l'école symbolise plus que jamais l'avenir et la construction de notre société en devenir. C'est le moment où les yeux des enfants pétillent à la lueur de tous les possibles de cette nouvelle année. C'est le moment où les professeurs organisent leur année et bâtissent des projets pour stimuler l'intérêt de leurs élèves.

Mais cette année, c'est avec inquiétude que professeurs et parents abordent la rentrée. La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a en effet procédé en juin dernier à de nouvelles compressions de 2,6 millions $ qui s'ajoutent aux 15 millions $ des dernières années.

Les dernières paroles du ministre de l'Éducation, François Blais, ne sont pas pour nous rassurer : selon lui, il faut une «... réallocation intelligente de nos ressources limitées. Il y a des choses qu'on ne devrait peut-être plus faire».

Est-ce que le ministre évoque ici la lutte contre le décrochage scolaire, un problème particulièrement aigu à Sherbrooke que la commission scolaire commençait à enrayer avec succès depuis quelques années? Est-ce que les professeurs devront abandonner l'enseignement personnalisé maintenant que leur classe est trop remplie d'élèves et qu'ils se cognent contre les pupitres? Est-ce que ce sont les enfants en difficultés d'apprentissage que les professeurs devront laisser de côté par manque de professionnels tels que les orthophonistes ou les psychoéducateurs? Quelles activités parascolaires seront éliminées, avec pour résultat d'assécher un peu plus le milieu de vie qu'est et doit être l'école pour les enfants?

Refusant ces attaques contre l'éducation publique québécoise, parents et professeurs se mobilisent partout à travers le Québec. À Sherbrooke, le mouvement «Je protège mon école publique» formera une chaîne humaine autour de l'école primaire du Sacré-Coeur et de l'école secondaire du pavillon Montcalm. Si l'avenir de l'éducation vous préoccupe, rejoignez-nous à l'une de ces deux écoles le 1er septembre de 8 h 30 à 9 h.

Philippe Langlois

Hélène Pigot

Parents, Sherbrooke

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer