Fréquents débordements des systèmes d'égouts

L'Association de la préservation du lac Magog (APL-Magog) remercie Luc... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Tribune

L'Association de la préservation du lac Magog (APL-Magog) remercie Luc Larochelle pour son article dans La Tribune du 25 juillet dernier. Il explique que la rationalisation de la gestion des réseaux d'égouts du Québec consiste à «normaliser» les débordements, sans traitement, des égouts dans nos cours d'eau, en période de crue et de fonte des neiges.

Il mentionne également que les municipalités ne sont plus tenues de les comptabiliser au niveau provincial. La pollution produite par le débordement des réseaux d'égouts municipaux n'a pas officiellement augmenté depuis la mise en place des stations d'épuration à la fin des années 1980. La raison est fort simple : c'est cette permission de déversements en toutes circonstances sauf par temps sec. En 2013, le système d'égouts de la Ville de Magog a connu 121 rejets sans traitement dans la rivière et la ville de Sherbrooke 880. Ces débordements ont tous été rapportés et faits dans le respect du règlement provincial. Les rejets sont une source majeure de pollution. Il est d'ailleurs de plus en plus fréquent que des plages soient contaminées après une pluie abondante ayant causé le débordement des égouts. L'APLM a réalisé de nombreuses mesures de la qualité de l'eau du lac Magog. Celles des dernières années ont été soumises à la Direction du suivi de l'état de l'environnement du Québec (DSEE). Le diagnostic reçu est venu confirmer le nôtre à savoir que la santé du lac Magog est précaire et que l'adoption de mesures pour limiter les apports de matières nutritives issues des activités humaines s'impose. Dans notre recherche des principales sources de pollution du lac et de la rivière Magog en amont, notre bilan démontre qu'en 2013, dans cette portion de la rivière en provenance du lac Memphrémagog, 6,4 tonnes de phosphore, plus d'autres polluants majeurs, ont été ajoutées. En soustrayant les contributions toutes les sources connues, nous en sommes arrivés à la conclusion qu'environ 5 tonnes de phosphore provenaient probablement des nombreux débordements du système d'égouts de la ville de Magog. Bien que tous ceux-ci respectent les normes du Québec, il est essentiel qu'ils soient réduits. Quel ministère prendra en charge cette tâche et quand? Ça presse!

André Chamberland

Ph.D. Vice-président de l'APL-Magog

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer