À quand le recyclage des meubles encombrants?

Chaque printemps et chaque mois de juillet, c'est pareil : les rues de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Chaque printemps et chaque mois de juillet, c'est pareil : les rues de Sherbrooke se retrouvent bordées de matelas, sommiers, divans et autres gros objets encombrants à la suite des grands ménages ou des déménagements.

Il y a bien quelques citoyens recycleurs qui vont passer ici et là pour profiter de ces «aubaines», mais la plupart de ces objets encombrants se retrouvent au site d'enfouissement de Bury. Ce qui signifie plusieurs trajets de camions, des dizaines de kilomètres franchis et des émissions de CO2 inutiles, sans compter les coûts. (...).

On pourrait démanteler tous ces gros objets, matelas, divans, commodes, etc., pour en recycler les diverses composantes : le métal, le bois, le tissu et le matériel isolant.

Il y a quelques années, j'avais proposé à la Division de l'environnement de la Ville Sherbrooke de développer en partenariat avec l'Université de Sherbrooke et divers organismes oeuvrant en santé mentale, un projet d'atelier de travail pour mettre à l'essai un organisme de recyclage des objets encombrants. À l'époque, la Division de l'environnement n'en voyait pas la pertinence.

Et le gaspillage se continue, alors que divers partenaires pourraient contribuer positivement à démarrer un tel projet. Récupex, Défi SM et Polytek pourraient être sollicités pour leur expertise et pour leur main-d'oeuvre. Des partenaires privés spécialisés dans le recyclage (...) pourraient aussi être mis à contribution, avec l'Université de Sherbrooke et la Division de l'environnement de la Ville de Sherbrooke.

Sherbrooke vit déjà de beaux succès dans le recyclage et le compostage. Pourquoi ne pas continuer en ce sens et ainsi réduire nos émissions de CO2, diminuer les coûts, l'utilisation du site d'enfouissement et offrir de nouvelles opportunités d'emploi à des personnes atteintes de problèmes de santé mentale? Elles seraient fières de faire oeuvre utile pour toute la communauté sherbrookoise!

Richard Lepage

Ex-intervenant social

en santé mentale

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer