• La Tribune > 
  • Opinions 
  • > Communautaire : un été sous le signe du sous-financement 

Communautaire : un été sous le signe du sous-financement

Si la période estivale est synonyme de vacances pour la majorité de la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Si la période estivale est synonyme de vacances pour la majorité de la population, pour les organismes communautaires oeuvrant en santé et services sociaux, l'été est plutôt l'occasion de faire des compressions budgétaires occasionnant des fermetures et mises à pied temporaires d'un ou plusieurs employés, histoire de boucler le budget annuel de l'organisation. En même temps, plusieurs organismes font face à une augmentation des demandes depuis quelques années.

Un sondage réalisé auprès des organismes de la région par le Regroupement des organismes communautaires de l'Estrie en février 2015 démontre que les organismes font face à des choix financiers déchirants : 37 % de ceux-ci doivent faire des mises à pied temporaires ou réduire les heures de travail ou encore les conditions de travail. Dans les faits, les organismes communautaires s'appauvrissent et doivent faire plus avec moins. Ils doivent multiplier les collectes de fonds et la recherche de financement, faire des compressions et parfois fermer leurs portes pour quelques semaines durant l'été.

C'est le cas de Bulle et Baluchon, organisme voué à la prévention de la violence envers les enfants, qui sera fermé durant six semaines cet été. Au Blé d'or, qui offre des cuisines collectives, l'équipe a accepté de réduire ses heures de travail d'une journée par semaine tout l'été pour diminuer la masse salariale.

Les mesures d'austérité des derniers mois qui ont touché plusieurs programmes sociaux et de prévention suscitent beaucoup d'inquiétudes et risquent d'accentuer la précarité des organismes au cours des prochaines années. À IRIS Estrie, un organisme qui oeuvre en prévention du VIH-SIDA, on déplore la fermeture du Forum jeunesse Estrie. L'an dernier, IRIS a obtenu du financement de l'instance régionale lui permettant de réaliser un projet de prévention. Selon notre analyse, on commence à peine à voir tous les impacts de l'austérité sur le milieu communautaire, mais aussi sur la population qu'il dessert, en particulier les plus vulnérables.

L'ensemble des organismes oeuvrant en santé et services sociaux du Québec, ce qui représente 3000 organisations, revendique 225 M$ de rehaussement du financement à la mission. En Estrie, c'est plus de 135 organismes communautaires qui rendent des services indispensables à la population en prévention, sensibilisation, relation d'aide, accompagnement, etc. Donnons-leur les moyens de réaliser pleinement leur mission sociale!

Nancy Beauseigle

Claudelle Cyr

Regroupement des organismes communautaires de l'Estrie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer