Au Québec, on coupe dans la fierté

L'annonce récente de coupes budgétaires d'un million $ dans le budget de la... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

L'annonce récente de coupes budgétaires d'un million $ dans le budget de la Fête nationale du Québec, pour 2016, représente quoi en fait? Des limousines de ministres? Le fait que chaque député libéral ait une tâche supplémentaire à celle de simple député pour majorer son salaire?

Certains diront que j'ai un parti-pris parce que je suis membre du PQ de la circonscription de Richmond, mais ce débat dépasse les frontières de la partisanerie politique. Il semble cependant que tous doivent faire leur part à l'exception de ceux qui le demandent.

La Fête nationale du Québec est financée dans une proportion de 10 % à 15 % par les fonds du gouvernement du Québec, dépendamment des organisations. Le reste est supporté par de l'autofinancement, des partenaires du milieu et les municipalités. La très grande majorité des administrateurs des comités sont des personnes bénévoles qui donnent plusieurs centaines d'heures par années pour organiser ces événements. Ce qu'il en coûte aux Québécois? Cinquante cents par personne pour célébrer ce que nous sommes, notre nation, notre histoire.

S'ils faisaient leur part de «rigueur budgétaire» aussi, les députés libéraux financeraient à eux seuls ce montant. Ne serait-ce pas là une belle façon de montrer du respect pour les Québécois? J'ai l'impression que l'on cherche plus à couper dans la fierté d'un peuple que dans les vraies dépenses. À moins que le gouvernement du Québec ait décidé de garder ce million $ pour souligner le 150e du Canada en 2017?

Adam Rousseau,

Ancien président du comité de la Fête Nationale

de St-François-Xavier-de-Brompton

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer