Soutenons la campagne «L'école à bout de bras»

Notre rythme de vie effréné ne nous laisse que peu de temps pour se questionner... (Capture d'écran)

Agrandir

Capture d'écran

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Notre rythme de vie effréné ne nous laisse que peu de temps pour se questionner sur la restructuration organisationnelle que le gouvernement impose en ce moment même à nos écoles.

Voilà pourtant l'ampleur des dégâts que cela occasionnera : augmentation du nombre d'élèves par groupe à partir de la 3e année; intégration des enfants en difficulté dans les classes régulières, mais sans soutien; suppressions des postes du personnel de soutien (psychoéducateurs, éducateurs spécialisés, orthopédagogues et orthophonistes); élimination des ratios enseignants/élèves spécifiques aux milieux défavorisés; abolition des programmes d'aide aux devoirs et d'aide alimentaire essentiels aux élèves dans le besoin; réductions dans les services de garde et du transport scolaire et bien d'autres. C'est plus de 1 milliard $ en 5 ans qui est coupé dans nos écoles.

La campagne « L'école à bout de bras » a justement été mise sur pied pour contester ces compressions draconiennes qui pourraient être notre réalité dès septembre prochain. Les différents acteurs du milieu ont pendant trop longtemps tenté de pallier la situation. Aujourd'hui, ils soutiennent nos acquis à bout de bras. Nos enfants ont pourtant droit à la réussite. C'est pourquoi le gouvernement est dans le devoir de mettre en place les outils nécessaires afin que nos enfants s'épanouissent et puissent avoir la chance de vivre une intégration réussie au marché du travail ou a? la vie active. Il est en effet paradoxal de la part du gouvernement de vouloir d'un côté prévenir le décrochage scolaire et de l'autre côté miner le parcours académique de nos enfants. Nos enfants passent plus de temps sur les bancs d'école qu'à la maison, si c'est cela laisser nos enfants à l'État, et bien il y a là place à la réflexion...

Pour se faire entendre, les différentes commissions scolaires, les directions d'écoles, les professionnels enseignants et de soutien, les services de garde ainsi que les parents, grands-parents, tantes, oncles et amis ont donc grand avantage à s'unir pour la cause. Si vous souhaitez vous joindre à la création d'une plateforme de revendication de parents pour protéger le droit à l'éducation dans la région de l'Estrie, écrivez à educationpourtous@hotmail.com.

Caroline Leblanc, Magog

Rébecca Janson, Orford

Natacha Beauregard, Magog

Catherine Ouimette, Magog

Nathalie Custeau, Magog

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer