Mourir dignement en CHSLD, c'est possible

Oui il est possible de mourir entouré de soutien moral et d'amour en CHSLD... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Tribune

Oui il est possible de mourir entouré de soutien moral et d'amour en CHSLD (Centre hospitalier de soins de longue durée). Oui il est possible (...) d'y mourir dignement.

Des soins soutenus, un sourire, quelques bons mots, des saluts amicaux de la part des membres du personnel qui viennent et reviennent. ...). Bien évidemment, les lettres CHSLD font peur. Pourtant (...) plusieurs y trouvent une planche de salut. Un salut qui, pour certains, durera plusieurs années, ce n'est pas rien. L'idéal n'existe pas, mais ce qui existe c'est la possibilité, faut-il la saisir, d'ouvrir son coeur à la digne mort d'un des nôtres et cela se fait. (...).Vous comprendrez que, pour la personne mourante, que ce soutien vienne d'une jeune infirmière, d'une autre ayant beaucoup d'expérience, d'un infirmier, d'un préposé, d'un bénévole, d'un employé d'entretien (...) ou encore d'un homme d'Église, cela n'a pas d'importance. Ce sont et ce, même sur le seuil de notre grand départ, des moments d'amour si importants et combien nécessaires. Je suis convaincu que certains meurent à la maison sans vivre de pareils moments (...). Ce ne sont pas des gestes obligatoires, vous savez les gens qui travaillent en CHSLD ont aussi un coeur, souvent même un coeur surdimensionné par une expérience trop souvent répétée. Ce n'est pas pour rien que la vie les a orientés vers de telles professions. ...). Plusieurs CHSLD provinciaux, privés ou publics, n'ont pas bonne presse. Il s'agit de quelques administrateurs ou employés irresponsables, qui ne respectent pas les aînés, qui ternissent (...) gravement l'image de leur mission et des gens dont la profession est d'aider. Avec les médias, c'est ce qui arrive quand on donne trop d'importance à l'exception. C'est à la fois nécessaire de dénoncer les abus et en même temps dommage pour la très grande majorité des autres qui s'impliquent dans leur travail avec un professionnalisme remarquable. (...). Oui, il est possible de mourir dignement en CHSLD. Nous l'avons vécu au CHSLD St-Vincent - de-Paul, à Sherbrooke, spécifiquement avec le personnel du 3e étage A. (...). On ne vous rend pas suffisamment grâce et pourtant vous le méritez amplement. De toute façon, nous on vous remercie et on ne vous remerciera jamais assez. (...).

Daniel Duval

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer