Les vraies affaires : les rues et les routes

La pluie de la nuit du 9 au 10 juin met en relief l'état pitoyable de nos... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

La pluie de la nuit du 9 au 10 juin met en relief l'état pitoyable de nos routes et sa cause : la photo de la route 208 emportée entre Compton et Martinville montre 12 à 15 cm d'asphalte, simplement déposée sur plusieurs mètres de sable; aucun matériau compact. Rien d'étonnant donc à ce que les routes se creusent, se trouent et naviguent au gré des flots dans une région où l'alternance de bancs de sable et d'argile est propice à des glissements de terrain. Le constat est simple : nos routes sont mal construites.

Déjà en 2008 mes visiteurs européens constataient : hou là là, les routes! Qu'est-ce que les voitures prennent! Les amortisseurs et les directions doivent vieillir vite ici!

La situation ne s'est pas arrangée depuis. Revenant d'une courte absence du Québec en mars dernier, j'ai été frappée par le délabrement des infrastructures : façades miteuses des entrepôts de Dorval, décrépitude des piliers de béton des viaducs, travées du pont Mercier paraissant tenir par la seule opération du Saint-Esprit. Serais-je un chef d'entreprise étrangère que j'hésiterais à investir dans un pays m'accueillant avec des routes et des rues du tiers-monde.

On se croirait dans un pays en guerre depuis 20 ans. En fait, je pense que nous le sommes, car les coupures subies depuis plus de deux décennies ne sont pas autre chose qu'une guerre pour asservir l'État à quelques Séraphins de haut vol. Marchant avec précaution dans les rues de Sherbrooke pour éviter les fissures du trottoir, les éclaboussures des voitures passant dans les trous, les crottes de chien pas ramassées (parce que la neige cache tout je suppose), je me suis posé la question pendant tout l'hiver : où en sommes-nous dans la guerre contre les enveloppes brunes? La Saint-Jean approche et je n'ai pas de réponse. Pourtant, ça et les routes c'est une vraie affaire!

Mireille Guay

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer