Le grand sauveur n'est pas celui qui prend le crédit

La lecture de l'article La Tribune du 11 juin, m'a immédiatement fait... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Tribune

La lecture de l'article Une exception pour Brompton, de Jonathan Custeau, sur la réforme de la gouvernance à Sherbrooke, dans La Tribune du 11 juin, m'a immédiatement fait réagir.

En effet, neuf citoyens se sont déplacés à leurs frais pour être entendus en commission parlementaire. Ils avaient préparé des mémoires et documents, ils avaient mis énormément d'énergie pour se préparer adéquatement et bénévolement. Au surplus, pendant le débat sur la gouvernance, qui a eu lieu de novembre 2013 à mars 2014, le maire Bernard Sévigny n'a pas cessé de répéter que Brompton ne verrait pas de différence, que Brompton s'ajusterait, que Brompton a eu droit à des privilèges et qu'il devait réformer la gouvernance pour économiser.

Les conseillers d'arrondissements seraient sacrifiés pour que Brompton contribue aux économies.

Alors, quand je lis que monsieur le maire « a milité depuis longtemps pour que ce statut spécial soit reconnu à Brompton », je trouve qu'il tente de s'attribuer la gloire de cette « protection » pour Brompton. Certes, il a expliqué au ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, la protection territoriale qui nous est accordée au décret pour un district. En effet, le ministre ne semblait pas prêt à créer ce précédent pour définir un territoire de district dans un décret. Par contre, j'ai bien compris, par les réponses des membres de la commission, que le décret et les promesses faites le 3 mars 2014 ne nous protégeront pas plus que le décret et les promesses faites au référendum sur la possible défusion, en 2004, nous ont protégés dans le cas qui nous occupait jusqu'à hier.

Alors, il ne faudrait pas que la population croie que monsieur le maire a fait tout ce qu'il pouvait pour que la communauté de Brompton soit protégée. Ce qu'il pouvait faire pour vraiment la protéger, et il a refusé de le faire, c'était de conserver l'arrondissement pour respecter les promesses faites par plusieurs conseillers membres encore présents au conseil municipal. La perte de pouvoirs décisionnels et de représentation en tant qu'arrondissement au sein des différents comités de la Ville ne sera jamais compensée pour Brompton.

Lyne Moreau

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer