La main de Dieu?

Lors des inondations au Saguenay en 1996, une grande question a été soulevée :... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Tribune

Lors des inondations au Saguenay en 1996, une grande question a été soulevée : ce phénomène nous vient-il de la main de Dieu ou plutôt de la main de l'homme? Les études ultérieures ont prouvé que la main de l'homme avait passablement contribué à cette catastrophe.

En raison des changements climatiques, des pluies diluviennes reçues cette année-là, tout comme celles reçues récemment, nous en aurons malheureusement de façon de plus en plus régulière. Sommes-nous préparés à recevoir ces déluges? Il est évident que notre occupation intensive du territoire a amplifié le ruissellement excessif de l'eau.

Le drainage des terres agricoles, de la voirie forestière, ainsi que du réseau routier a fait en sorte d'augmenter brutalement le débit d'eau s'écoulant de nos bassins versants, ayant pour conséquences des inondations de plus en plus phénoménales.

Il est donc capital de s'attaquer à la gestion de l'écoulement de l'eau. Comment faire? En intervenant dans l'ensemble de chaque bassin versant afin de réduire la vitesse et la quantité de l'eau de ruissellement. Ainsi plusieurs techniques simples, peu coûteuses et très efficaces ont démontré leur utilité dans l'aménagement, entre autres, des fossés de drainage. Un fossé bien aménagé avec une succession de bassins de rétention, de la végétation filtrante et diverses autres techniques de contrôle de la vitesse de l'écoulement permettent de réduire l'impact de ces catastrophes. De plus, sur le plan environnemental, ce contrôle du débit atténue de façon importante l'apport excessif de sédiments et de nutriments dans nos cours d'eau et nos lacs.

Quelques entreprises en Estrie ont expérimenté avec succès ces diverses techniques préventives pour contrer les coups d'eau. Les signaux sont clairs : c'est le moment ou jamais d'investir dans la gestion globale du ruissellement. Et un aménagement préventif des fossés est actuellement la façon la plus à notre portée et la plus économique à long terme pour ce contrôle des pluies torrentielles et des inondations soudaines qu'elles provoquent.

Jean-Claude Thibault,

géomorphologue

Conseiller technique au RAPPEL

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer