Contrer la pollution du lac et de la rivière Magog

L'Association pour la préservation du lac Magog (APL-Magog) poursuit sa... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

L'Association pour la préservation du lac Magog (APL-Magog) poursuit sa recherche des sources de pollution du lac Magog. Plus de 90 % de l'eau et de la pollution du lac Magog proviennent de la rivière en amont. Ce tronçon de rivière sert de déversoir des systèmes d'égouts et des stations d'épuration de Magog et d'Omerville.

En 2013, les stations d'épuration contribuèrent respectivement à 0.55 T/an (Magog) et à 0.23 T/an (Omerville) de phosphore total (Ptot) dans la rivière et les ruisseaux qui s'y jettent contribuant à 0,46 T/an. Ce sont les seules sources de polluants (1,2 T/an) que nous avons identifiées. D'autre part, nos calculs montrent qu'entre les lacs Memphrémagog et Magog la rivière s'enrichit de 6.4 T/an de Ptot. Donc entre les sources connues de polluants et l'enrichissement de la rivière, il manque au moins 5 T/an au bilan global. Il y a sûrement des sources importantes non identifiées. Parmi ces dernières, les sources manquantes pourraient provenir de la pollution agricole et des débordements des systèmes d'égouts de Magog. Puisque la pollution agricole est déjà prise en charge dans la pollution des ruisseaux, il ne reste que la pollution par les débordements du système d'égouts.

Le réseau d'égouts de la Ville de Magog compte 18 ouvrages permettant à celui-ci de déborder directement dans la rivière par des tuyaux sous-marins en temps de pluie et durant la saison de fonte des neiges. En 2013, il y a eu 121 débordements. Le ministère de l'Environnement affirme que ces débordements sont fréquents et que l'on en ignore la durée. C'est effectivement beaucoup de débordements et c'est probablement la principale source de pollution de la rivière et du lac Magog.

L'APL-Magog est convaincue qu'il faut trouver toutes les sources de pollution de cette rivière et quantifier la contribution des débordements d'égouts. L'association travaillera avec une équipe de chercheurs intéressés à entreprendre avec tous les organismes concernés un bilan détaillé des sources de pollution dans cette rivière. Les résultats obtenus, inciteront-ils les divers ministères à fournir à la Ville de Magog, les moyens d'améliorer le système? Sans aucune intervention l'amélioration de la santé du lac et de la rivière Magog est impossible!

André Chamberland Ph.D.

Vice-président APL-Magog

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer