Merci au personnel de l'Hôpital d'Youville

En cette période de réorganisation du système de santé, sujet de plusieurs... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

En cette période de réorganisation du système de santé, sujet de plusieurs critiques négatives, je veux apporter mon témoignage positif sur mon expérience dans trois institutions où un personnel très compétent se dépense corps et âme pour les patients.

J'ai subi le 29 juin dernier une rupture d'anévrisme qui m'a amené d'abord à l'Hôpital l'Enfant-Jésus de Québec pour ma chirurgie et un séjour d'une semaine, suivi d'une période de trois semaines de soins intensifs et semi-intensifs au CHUS. J'ai été très bien traité dans ces établissements.

Mais, ayant passé plus de quatre mois à l'Unité 32 de réadaptation fonctionnelle intensive de l'hôpital d'Youville (aujourd'hui rattaché à l'Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke, IUGS), je suis en mesure d'élaborer davantage sur la qualité du personnel, leur amabilité et leur dévouement. À Youville, autant les soins reçus du personnel médical et infirmier avec l'aide du personnel de soutien, que la nourriture, les loisirs, l'entretien des locaux et du matériel, la pastorale, etc. m'ont impressionné. Ce qui démarque cette unité, c'est le travail de l'équipe exceptionnelle de professionnels qui y est assignée (médecin, neuropsychologue, physiothérapeute, ergothérapeute, orthophoniste et travailleuse sociale). On y entre généralement en civière pour en ressortir sur nos deux jambes.

Cependant, dans mon cas, leur grand exploit a été de trouver la cause et la solution aux difficultés de ma réadaptation causées par un surplus de liquide céphalorachidien. Ce problème fut alors réglé par la pose d'un drain permanent par un neurochirurgien du CHUS. Par la suite, mes traitements ont repris en grand nombre avec succès et six semaines plus tard je sortais de l'hôpital. Sans le dévouement, l'expertise et la ténacité des membres de l'équipe, je me serais retrouvé handicapé dans un CHSLD.

Enfin, de janvier à mars, j'ai été repris en charge deux demi-journées par semaine à l'Hôpital de jour par une équipe très compétente pour m'amener à une autonomie presque totale. (...)

Je veux donc remercier sincèrement toutes ces personnes pour leur compétence et leur dévouement dans un contexte très difficile de coupes budgétaires où les ressources sont souvent trop limitées! Grâce à elles, je vis maintenant auprès des miens, dont mes petits-enfants et j'apprécie avec gratitude ma nouvelle vie.

Je leur souhaite bonne chance dans la réorganisation en cours.

Gilles Veilleux

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer