Une Ville qui vend son nom...

Par l'édition de La Tribune du 13 mai, on apprenait que Destination Sherbrooke... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Par l'édition de La Tribune du 13 mai, on apprenait que Destination Sherbrooke cherchait à vendre le nom de la place Nikitotek : en clair à éliminer ce nom pour le remplacer par celui d'une entreprise privée.

Comment nomme-t-on une Ville qui cherche à vendre son nom au plus offrant? Le mot me reste dans la gorge.

Si la Ville avait pris la peine de mettre un panneau d'identification de la place Nikitotek avec sa notice historique, les dirigeants de Destination Sherbrooke, incluant les élus qui sont membres de son conseil d'administration, se seraient rendu compte ou peut-être souvenus que le nom est l'abrégé de l'abénaquis «Nikitotegwak» qui signifie «À la rivière qui fourche».

Or, ce nom est le premier nom que Sherbrooke a eu bien avant le Hyatt Mills du début XIXe siècle. La place Nikitotek rappelle justement depuis 1991 cette confluence des deux rivières du coeur de Sherbrooke où les Amérindiens se rencontraient. (...)

Soyons fiers de nos origines et gardons notre nom.

Jean-Marie Dubois

Université de Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer