Énergivores les Québécois?

Luc Godbout... (Archives La Presse)

Agrandir

Luc Godbout

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Dans le rapport rendu public à la mi-mars, la commission Godbout propose d'imposer une taxe de 10 % visant la « surconsommation » d'électricité dans le secteur résidentiel. Le rapport de la commission indique que cette taxe ne toucherait que les consommateurs résidentiels jugés « énergivores », en l'occurrence ceux qui utilisent plus de 80 kilowattheures par jour.

Ainsi, toujours selon M. Godbout, les ménages habitant un logement de 5 ½ pièces en seraient épargnés. Cette affirmation a de quoi surprendre.

Avant de rédiger leur rapport, les penseurs de la commission ont-ils vérifié de plus près les impacts concrets de cette mesure ou se sont-ils limités à examiner les cas types modélisés par Hydro-Québec? Car, selon notre société d'État, la facture d'électricité d'un 5 et ½ a été de 982 $ (taxes incluses) en 2014. Pourtant, l'Association coopérative d'économie familiale (ACEF), qui rencontre de nombreux ménages aux prises avec des difficultés financières, considère que ce montant sous-estime grandement la facture réelle d'un tel logement.

Il est possible qu'un ménage habitant un logement bien isolé et situé à Montréal, où la température est un peu plus clémente, n'ait pas à payer de surtaxe. En revanche, il est tout aussi possible qu'une famille demeurant dans une habitation de même taille, mais mal isolée ou plus éloignée d'autres habitations, ait une dépense en électricité qui dépasse largement le seuil fatidique de 80 kWh par jour lors des mois de janvier et février.

En pratique, au cours du dernier hiver, un client résidentiel a franchi ce seuil fatidique si une de ses factures bimensuelles a dépassé 428 $ (taxes incluses

De toute évidence, cette taxe à la « surconsommation » ressemble davantage à une « surtaxe » à la consommation.Et pour un besoin essentiel, le chauffage. (...)

Selon les suggestions de la commission Godbout, la surtaxe s'appliquerait en plus d'une augmentation préalable de 12 à 15 % de la facture d'électricité de tous les ménages, énergivores ou non, à la suite d'une révision à la hausse du prix de l'électricité patrimoniale.(...)

Malgré qu'elles aient été suggérées par une brochette d'experts, sans étude d'impact véritable, les réformes fiscales de la commission Godbout frapperont aveuglément, y compris sur ceux qui n'en ont pas les moyens.

Sylvie Bonin, ACEF Estrie

et Marc-Olivier Moisan-Plante,

Analyste à l'Union des consommateurs

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer